Port de Douala: Mettre de l’ordre chez les dockers

Face aux multiples dysfonctionnements enregistrés dans la gestion de ces acteurs du secteur portuaire, le Pad a décidé d’instaurer une réglementation.

Les dockers – ouvriers qui travaillent au chargement et au déchargement des navires – pourraient ne plus être les acteurs d’une mauvaise publicité autour du Port de Douala. Le 28 décembre dernier en effet, le Conseil d’administration de l’autorité portuaire a pris une résolution qui encadre désormais l’exercice de cette profession, ainsi que le placement de la main d’oeuvre docker sur cette plateforme portuaire. Tout acteur désireux de mener une activité dans ce secteur devra ainsi remplir un certain nombre de conditions administratives et opérationnelles pensées par l’autorité portuaire. Et pour s’assurer du respect des nouvelles règles, il est créé un bureau de supervision et de contrôle, lequel est placé sous la supervision de la direction en charge de la capitainerie au Port autonome de Douala (Pad). Au chapitre des sanctions, la résolution du Conseil d’administration du Pad indique que « tout bureau d’embauche peut, à tout moment, être interdit d’exercer si l’une des conditions n’est pas remplie, après une mise en demeure de se conformer restée sans suite pendant un délai de trois mois ». Par ailleurs, les syndicats qui exercent en qualité de bureau d’embauche des dockers disposent de six mois pour se mettre en conformité avec la nouvelle règlementation.

 

A travers sa démarche, le Pad s’érige en régulateur d’un secteur sensible en proie à plusieurs maux. De l’avis même du comité consultatif d’orientation du Pad réuni en décembre dernier, «les dockers occupent une place importante dans les ports à travers le monde». Or, il se trouve que la place portuaire de la capitale économique enregistrait depuis quelques temps, des mouvements d’humeur et revendications des professionnels de ce corps pour diverses raisons. Dans le même temps, le secteur souffrait de la monopolisation des organisations patronales, lesquelles ne disposent pas toujours d’une véritable expertise en matière de placement de main d’oeuvre docker. Autant de choses qui ont un impact négatif sur les résultats du port de Douala. Pour aboutir à la résolution évoquée ci-dessus, le Pad a mis sur pieds des plateformes de concertation avec les différents acteurs concernés par le sujet. En fait, cette gestion du problème des dockers s’inscrit dans l’ambition du top management de rendre plus compétitive et plus attractive la place portuaire de Douala. D’autres actions telles que la rénovation des infrastructures, l’extension du port, ou encore la réforme de l’activité de dragage ont été initiées dans ce sens.

 

Lucien Bodo

source: mutations

Facebook Comments
Montrer Plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Traduction »
Close