POLITIQUESOCIETE

[OPINION] RICHARD MAKON: « OÙ SONT ALORS LES « INTELLECTUELS » LORSQUE LA SOCIÉTÉ SE MEURT? »

OÙ SONT ALORS LES « INTELLECTUELS » LORSQUE LA SOCIÉTÉ SE MEURT?

Par, Richard Makon

Nous vivons une epoque politisée, dans une societe politisée. Tout homme, nous enseignait Protagoras, a deux (02) metiers au moins, le sien propre et celui de citoyen. Il estimait alors que « citoyen » est un métier à part entière, un métier à plein temps !

Citoyen n’est donc pas seulement une condition, mais un statut auquel on accede, par l’acceptation des conventions communes certes, mais surtout par l’implication quotidienne dans les activites de la société et les projets qui animent le champ social…

Citoyen est par dela tout, un metier à plein temps qui n’admet ni diletantisme ni infidélité, ni repos ni congés.
Le citoyen, sujet et acteur politique de premier plan fait de la politique meme lorsqu’il la subit, s’enfonçant avec « bonheur » dans la terre molle de la « servitude volontaire »…

Et le citoyen – « intellectuel » dans tout ca, celui qui s’est consacré à la recherche inlassable de verite des choses pour chasser la penombre qui envahit le monde des vivants, pour porter la lumière dans les fosses de l’ignorance et du mal ou gît notre humanité, qui ne peut se perdre dans l’univers des idées en oubliant la société faite de chair, de sang et d’esprit dans laquelle il vit et pour laquelle il pense, où est-il donc en ces heures sombres? Que fait-il donc dans ses rêveries infantines???

Nous vivons dans une société politisée mais égarée. C’est par conséquent une periode qui devrait être faste pour la pensée et l’action savante.

La question, objet du devoir donné aux « intellectuels » par la Société, est donc fort simple: COMMENT MIEUX VIVRE ENSEMBLE EN DÉPIT DE NOS DIFFÉRENCES ?

Ou sont alors « nos » intellectuels ? Libres penseurs, hommes de culture, artistes, philosophes des cités et des campagnes, politiques, stratèges et strategistes, universitaires enseignants et/ou chercheurs, etc.

Que font-ils face aux conflits entre les citoyens qui decousent constamment notre tissu social ?

Mon ami Jocelyn MACLURE, esthète canadien de la philosophie publique, a dit: « LORSQUE LES INTERPRÉTATIONS COMMUNES ET LES CONSENSUS D’ARRIÈRE-PLAN SE DÉLITENT, LE TRAVAIL DE LA PENSÉE ET DE L’ABSTRACTION S’IMPOSE AFIN DE RETOURNER AUX RACINES DES DÉSACCORDS ENTRE LES CITOYENS », NOMMER LE MAL QUI GANGRÈNE LA SOCIÉTÉ, ET PROPOSER LE REMÈDE QUI LA TRAITE , LA FORMULE QUI L’EXORCISE… »

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance