Marché financier : La Cosumaf absorbe son homologue du Cameroun.

Libreville abrite désormais l’unique siège du gendarme du marché financier d’Afrique centrale.

par Diapason,

La décision avait été prise le 31 octobre 2017 par les chefs d’Etat de la Cemac concernant l’unification des marchés financiers d’Afrique centrale. Et le délai était prévu pour le 30 novembre 2018. C’est dont finalement le gendarme sous-régional, la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf) dont le siège est à Libreville, qui a fusionné avec la Commission des marchés financiers (Cmf) du Cameroun. La nouvelle version de la Cosumaf sera présidée pour  une période de cinq ans par le Tchadien Nagoum Yamassoum, nommé lors de la  conférence des chefs d’Etat du 31 octobre 2017.

Quelques cadres camerounais travaillant à la CMF à Douala ont été incorporés dans la nouvelle Cosumaf à Libreville, tandis que les autres personnels camerounais, y compris son président Jean Claude Ngbwa; nommés il y’a trois ans par décret présidentiel, ont été remerciés, a indiqué une source. En outre, selon certains indiscrétions, dans le schéma cible de la nouvelle Cosumaf, l’idée d’un poste de vice-président ou de CEO qui reviendrait au Cameroun, et qu’aurait pu occuper logiquement le président de la CMF, n’a pas prospéré.

Soulignons que l’acte additionnel relatif à l’unification des marchés financiers d’Afrique centrale a mandaté la Banque centrale pour conduire la fusion (régulateurs, bourses, dépositaires centraux, banques de règlement) au plus tard le 30 juin 2019. Les régulateurs (CMF et Cosumaf) sont les premiers à matérialiser leur fusion physique.

Facebook Comments
Tags
Montrer Plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Traduction »
Close