Education – Université: Équation difficile pour les nouveaux bacheliers

A quelques semaines de la reprise des cours dans les universités, de nombreux futurs étudiants ne savent quelle spécialisation embrassée.

Par Cyril Marcel Essissima

Après l’uniforme, le trajet des nouveaux bacheliers s’apparente à un voyage vers l’inconnu. Mardi 14 septembre dernier, à l’Université de Yaoundé I à NgoaEkellé, l’entrée est envahie par de jeunes gens, visiblement des anciens étudiants jouant le rôle de facilitateurs auprès des jeunes bacheliers. Débout, porte-document en mains, ils n’hésitent pas à interpeller tout jeune passant en proposant des services: «Inscription en ligne, Photos, concours lancés», scandent-ils à tue-tête.

Au sein du campus, c’est presque désert. Normal, ce sont les vacances. Seuls ceux qui veulent se préinscrire à l’université déambulent le long des bâtiments à la recherche d’informations sur les filières. Mais ici, rien ne filtre. On est livré à soi-même. C’est le cas de Mathieu qui a l’embarras du choix entre les trois grandes facultés que compte l’Université de Yaoundé I. « Ayant raté le concours d’entrée à Polytech (l’École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé,ndlr), je ne sais vraiment plus quoi faire. Je suis donc venu ici voir si certaines indices peuvent m’aider à opérer mon choix», confesse l’ancien élève du collège Jean Tabi. En balade au lieudit Carrefour Obili en compagnie de ses amis, Gloire, titulaire du Gce-Advanced Level dit attendre la proposition de sa mère. « De nos jours, tu fais des études puis tu chômes, cela ne donne même pas envie d’étudier. Je stresse certes mais je n’ai pas vraiment la tête à réfléchir donc j’attends ce que ma mère va me conseiller de faire», déclare-t-elle avec hilarité.

Au quartier Kameni, Gille réfléchit encore. Nanti du baccalauréat A4, l’ancien du lycée de Biyem-Assi est livré à lui-même. «A la maison, on dit que je suis assez grand pour savoir ce qui est bien pour moi. Mais jusqu’à présent je suis coincé. Je cherche une filière qui a quand même des débouchés», soutient-il l’air perplexe. «Ce que les conseillers d’orientation nous ont raconté pendant l’année ne m’a pas vraiment convaincu», conclut-il

Les dispositifs d’orientation

A la Faculté des lettres et sciences humaines (Falsh), la plupart des bureaux sont fermés y compris celui de l’information et de l’orientation. Idem à la faculté des sciences, excepté la cellule d’écoute  où  on  écoute  mais  ne  répond  pas  aux  questions: «Connectez-vous sur le site. Il y a toutes les informations là-bas», lance un responsable de ce lieu visiblement agacé. Dans les Instituts privés d’enseignement supérieur (Ipes), des dispositifs ont été conçus pour accueillir les usagers. C’est le cas à l’Institut Siantou supérieur, situé au quartier Mvog-Mbi où des conseillers d’orientation font passer des entretiens. Il ne s’agit pas d’une orientation dans le sens strict du terme. Puisqu’ici, «on ne cherche qu’à savoir qui est l’étudiant? Que veut-il? Quels sont ses prérequis et ses ambitions? », détaille Hubert Tian, un conseiller d’orientation. Au campus de l’Institut universitaire des sciences, des technologies et de l’éthique (Iuste) (vendredi, 17 août dernier ndlr), c’est pratiquement la même ambiance qui prévaut. «Une cellule permanente a été mise sur pied» comme l’indique Alexis Nankap Seujib, le directeur des affaires académiques.

L’orientation se fait à deux niveaux. Cela passe tout d’abord par «des prérequis flexibles et rigides». «Il y a des étudiants qui choisissent des filières sans tenir compte de la formation qu’il faut avoir. Notre devoir c’est de les informer et si possible guider leurs choix même s’il est difficile de cerner leurs choix», fait-il savoir. Sur l’origine de ces indécisions, un doigt accusateur est pointé sur l’inefficacité des conseillers d’orientation en milieu scolaire. Il faut également relever qu’il n’existe pas encore de plateforme de travail entre le Centre pilote d’orientation scolaire, universitaire et professionnel (Cosup) et les conseillers d’orientation des établissements scolaire

Facebook Comments
Montrer Plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Traduction »
Close