INTERNET : DES NUMÉROS VERTS POUR DÉNONCER LES CYBERCRIMINELS

Les numéros 8202 et 8206  ont été mis sur pied par l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic) pour mettre la main sur les cybercriminels.

 Par Cameroon Tribune : Carine TSIELE

En cinq années, l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic) a enregistré plus de 12.000 attaques liées à la cybercriminalité au Cameroun. Face à cette situation, plusieurs stratégies ont été mises sur pied par cette structure en charge de la lutte contre ce phénomène. Entre autres mesures, on peut citer la sensibilisation des usagers d’Internet, et la mise en place d’un centre d’alerte et de réponses aux incidents de sécurité informatique. Ces dispositions n’ont malheureusement pas suffi à stopper les actes de ces malfaiteurs. Depuis six mois déjà, le numéro vert 8202 se présente comme la nouvelle arme de combat de l’Antic pour en finir avec les cybercriminels. Le service est gratuit et disponible 24h/24h. 280 plaintes ont déjà été résolues depuis sa mise sur pied.

Prosper Djoursoubou Pagou, directeur du centre d’alerte et de réponses aux incidents de sécurité informatique à l’Antic détaille le mode de fonctionnement de ce nouveau système : « Avec ce numéro vert, l’appel est dirigé vers un de nos agents qui va prendre soin d’enregistrer la plainte et de recueillir certaines informations du plaignant pour faciliter les investigations. Grâce à nos enquêteurs, la main est mise sur le délinquant ». L’info claire et nette. Il liste également quelques stratégies développées par des hackers pour débiter les comptes bancaires ou escroquer de fortes sommes d’argent aux usagers. Il s’agit notamment du « scamming » qui porte sur la fraude à la carte bancaire ; la fraude à la « Simbox » répondant au boîtier électronique utilisé pour se faire facturer le trafic téléphonique international aux prix du tarif national ou encore le « spoofing » qui est une usurpation d’identité.

Dans certaines plateformes comme Facebook, les cybercriminels usurpent l’identité de hautes personnalités pour appâter leurs victimes, ainsi déguisés. Ils leur promettent des recrutements ou d’autres avantages contre de l’argent. Il y a également le phénomène de « fake news », qui inonde la Toile. « Nous avons établi un partenariat avec certains responsables des réseaux sociaux. Ce qui nous donne désormais la possibilité de bloquer et de ralentir la propagation d’une fausse information. Et même d’identifier l’auteur », fait savoir Prosper Djoursoubou Pagou. L’Antic se charge ensuite de trouver l’auteur de l’acte cybercriminel et de le mettre à la disposition de la justice.

Facebook Comments
Montrer Plus

Related Articles

Traduction »
Close