CULTURE: DIKONGUE PIPA HONORÉ AU PAYS DES HOMMES INTÈGRES !

Le réalisateur Camerounais a fondu en larme devant une statue à son effigie érigée à la place des cinéastes à Ouagadougou au Burkina Faso à l’occasion de la vingt sixième édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

C’est un monument du cinéma Camerounais jeté dans les oubliettes de l’histoire qui vient d’être restauré. C’est grâce à cordia prod de Michel Kuaté ,une maison de production audiovisuelle basée à Douala,que le patriarche a vu son nom revenir au devant de la scène. La maison de production a dû mettre les petits plats dans les grands pour rassembler les fonds nécessaires à l’érection de cette stèle à l’honneur du père de Muna moto.
DIKONGUE PIPA a consacré sa vie au septième art. C’est grâce à Muna moto l’un de ses chefs d’œuvre cinématographiques qu’il remporte en 1976 l’étalon d’or de Yennenga ,la prestigieuse récompense cinématographique au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou(Fespaco) .

Dans ce long métrage le réalisateur raconte l’histoire de Ngando et Ndomé qui s’aiment . En effet, Ngando voudrait prendre Ndomé en mariage mais sa famille lui rappelle qu’il doit s’acquitter de la dote. Malheureusement, Ngando est pauvre et ne peut se conformer à la tradition.Ndome enceinte ,donne naissance à une petite fille.Et,comme le veut la tradition du village,elle doit prendre un mari qui a les moyens de payer la dote. L’oncle de Ngando qui a déjà trois femmes stériles est choisi. Désespéré ,le jeune homme enlève son enfant,le jour de la fête traditionnelle.
C’est ce drame mis en scène, qui a porté DIKONGUE PIPA ,sur le piédestal en 1976. Le réalisateur Camerounais a également publié des courts métrages tels que, un simple en 1965, rendez-moi mon père en 1966,la foire aux livres à Hararé et d’autres longs-métrages comme le prix de la liberté en 1978 et histoires drôles , drôles de gens en 1983 pour ne citer que ceux-ci.

Ferry Djou.

Facebook Comments
Montrer Plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Traduction »
Fermer