Crise anglophone: Une centaine d’élèves enlevés au 1er trimestre

Les cours ont été fortement perturbés par les rapts des apprenants et enseignants dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest.

Blaise Djouokep / Mutations

Le 05 novembre dernier, 81 personnes dont 79 élèves et deux enseignants sont enlevées dans le campus du Collège presbytérien de Nkwen à Bamenda, dans la région du Nord-Ouest. C’est l’enlèvement le plus spectaculaire effectué dans les établissements scolaires situés en régions anglophones et effectués par les « Ambazoniens ». Heureusement, ces élèves et enseignants seront retrouvés le 07 novembre du côté de Bafut. Deux semaines plus tard, un nombre non moins important d’élèves sont une fois de plus enlevés. Cette fois-ci, la cible est la Lord’s Bilingual Academy, un établissement d’enseignement secondaire de la région du Sud-Ouest, à Kumba. Quinze élèves sont enlevés et un enseignant blessé par balles par les sécessionnistes. Cette fois ci également, ces apprenants seront retrouvés trois jours plus tard, par les éléments des forces de défense et de sécurité.

Ces enlèvements ne sont pas les seuls perpétrés dans les établissements scolaires publics et privés des régions du Sud-Ouest, mais, surtout du Nord-Ouest. Le 18 décembre 2018, six élèves et un enseignant du Lycée bilingue d’Atiela à Nkwen, dans l’arrondissement de Bamenda 3e, région du Nord-Ouest avaient été enlevés. La Presbyterian Church and Science School (PCSS) de Bafut dans le Nord-Ouest n’a pas échappé à ces attaques. Sept élèves et trois enseignants de cet établissement d’enseignement secondaire confessionnel ont également été kidnappés par les combattants séparatistes.

Outre ces attaques d’établissements scolaires soldées par des enlèvements d’élèves et d’enseignants, les enseignements ont été fortement perturbés dans ces deux régions du fait des villes mortes imposées par les sécessionnistes, tous les lundis. Conséquences, les cours sont dispensés de mardi à vendredi uniquement, rendant davantage difficile le suivi des cours et du programme scolaire par les enseignants de cette partie du Cameroun. Les nombreuses attaques des séparatistes dans la ville de Buea, donnant lieu à des échanges de tirs entre séparatistes et forces de sécurité et de défense ont également créé des débandades dans les établissements scolaires.

Facebook Comments
Tags
Montrer Plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »
Close