CRISE ANGLOPHONE, MAFFIA ET CHANTAGE!

La situation insurrectionnelle qui sévit dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest camerounais prend des allures incontrôlables. Des réseaux mafieux se sont constitués tout autour, qui se livrent à un affairisme incontrôlable. Le cri de détresse d’une victime collatérale.

Depuis le 20 novembre 2018, date à laquelle Paul Kuétche tombait sous les balle des séparatistes anglophones, sa veuve et ses enfants ont pratiquement perdu le sommeil. De jour comme de nuit, des coups de fil anonyme leur profèrent d’incessantes menaces. Ces individus sans foi ni loi tapis derrière le générique « d’amba boys » exigent que veuve Kuétche leur remettre l’argent que son défunt époux lui a laissé. Faute de quoi un kidnapping est programmé pour la traquer avec sa progéniture. De l’autre côté une autre menace, visible cette fois-ci se couple à la première. Les collègues de feu son mari l’enjoignant de leur rembourser la dette que leur collègue avait contractée auprès d’eux de son vivant. La pauvre est débordée et inquiète désormais pour sa vie. Pourtant elle jure n’avoir jamais été associée à la gestion des affaire du de cujus de son vivant.

Pour rappel, des criminels on tendu le 20 novembre dernier des embuscades au lieu dit mile 15, sur l’axe Buéa-Mutenguene. Ils ont ainsi immobilisé cinq véhicules sur la chaussée. C’est au courant de cette opération macabre qu’ils vont ôter la vie à Paul Kuétche, homme d’affaires de 46 ans bien connu dans la ville de Douala, qui menait ses activités dans la zone. Le corps sans vie de l’infortuné a été abandonné gisant dans une marre de sang sur la chaussée.

Facebook Comments
Montrer Plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Traduction »
Fermer