INTERNATIONALPOLITIQUE

Présidentielle au Brésil: Lula en tête, Bolsonaro résiste

Au terme d’une campagne extrêmement polarisée, les résultats sont bien plus serrés que ce que ne prédisaient les sondages. L’ancien président, qui récolte 48,4 % des voix, et le sortant, Jair Bolsonaro, (43,2 %) s’affronteront au second tour, le 30 octobre 2022.

«Nous allons gagner. Ce n’est que partie remise», réagissait un Lula abattu, la voix éraillée, et désormais contraint de faire encore un mois de campagne. Car s’il est bien arrivé en tête du premier tour de la présidentielle, avec 48,39 % des suffrages exprimés, le leader de gauche ne l’a pas emporté dès le premier tour, comme il l’escomptait, et devra affronter en ballottage, le 30 octobre, un Jair Bolsonaro requinqué, qui fait un score largement supérieur à ce que lui prédisaient les sondages : 43,33 %. Malgré le fort rejet qu’il inspire à une large part des Brésiliens, le chef de l’Etat s’est payé le luxe d’engranger environ 1,5 million de voix de plus qu’en 2018. «Nous avons vaincu le mensonge de Datafolha [le principal institut de sondage, ndlr]», a réagi pour sa part l’intéressé, tout en mettant en garde «ceux qui veulent le changement. Parfois, le changement peut être négatif».

Le suspense aura duré jusqu’au bout dimanche dernier. Jusqu’à 20 heures, heure de Brasília, Jair Bolsonaro (Parti libéral, PL) est même en tête. Puis Lula passe devant, avec le début du dépouillement dans le Nordeste, le bastion de son Parti des travailleurs (PT). Au final, le score est beaucoup plus serré que prévu. Il est même le plus serré depuis le retour au suffrage universel en 1989, après la dictature.

Les deux adversaires de la présidentielle au Brésil, l’ex-chef d’Etat de gauche Luis Inacio Lula da Silva et le président sortant d’extrême droite, Jair Bolsonaro, ont engrangé, mardi 4 octobre, des soutiens importants en vue du second tour du 30 octobre, qui s’annonce très serré. Lula a obtenu mardi le ralliement, mais du bout des lèvres, du candidat de centre gauche arrivé quatrième au premier tour, Ciro Gomes (3 %), dont le Parti démocratique travailliste (PDT) venait d’annoncer son ralliement à l’ex-président aux deux mandats (2003-2010).

Lire aussi: [Filière avicole] Selon l’IPAVIC, le Cameroun n’a pas validé l’importation du poulet congelé brésilien

Le clan bolsonariste a pour sa part le soutien de l’ex-juge anticorruption Sergio Moro, élu sénateur de l’Etat du Parana (sud) avec 1,9 million de voix aux législatives organisées dimanche en même temps que la présidentielle. Sergio Moro, « tombeur » de Lula, qu’il a envoyé dix-huit mois en prison en 2018-2019 dans une affaire de pots-de-vin autour du groupe Petrobras, a exprimé sur Twitter un franc soutien au chef de l’Etat sortant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!