CULTURESOCIETE

Arts visuels: La Vérité des Orangers de Saint-Exupéry réinventée en slamation par le photographe Patrice Fina

La fondation culturelle Théophile Lognoné (« Toujours rechercher l’innovation ») entend œuvrer au renouvellement du champ des « borders studies ». Elle a récompensé le photographe Patrice Fina comme Jeune Talent Stuart(ist) pour son interprétation visuelle de la Vérité des Orangers d’Antoine de Saint-Exupéry.

« La vérité, ce n’est point ce qui se démontre. Si dans ce terrain, et non dans un autre, les orangers
développent de solides racines et se chargent de fruits, ce terrain-là c’est la vérité des orangers. Si cette religion, si cette culture, si cette échelle de valeurs, si cette forme d’activité et non telles autres,
favorisent dans l’homme cette plénitude, et se découvre en lui un grand seigneur qui s’ignorait, c’est
que cette échelle des valeurs, cette culture, cette forme d’activité, sont la vérité de l’homme. La logique ? Qu’elle se débrouille pour rendre compte de la vie. » Antoine de Saint Exupéry

La Vérité des Orangers offre un cours de philosophie sur l’éternel recommencement. Pierre Lognoné,
innovateur de la New Nature Economy, doué d’une intuition très forte aimait partager l’histoire du
Petit Prince de Saint Exupéry, la Vérité des Orangers, la parabole de l’enfant prodigue devant un
auditoire jeune, trop jeune pour en retirer un quelconque enseignement. C’était le principe de réalité
appliqué à ses projets : utiliser chaque circonstance de la vie pour en tirer une vérité ou un
enseignement.

La réalité de la Nature était plus forte que l’émotion et le raisonnement des humains,
c’était la Vérité des Orangers. L’Exposition universelle de 1967 s’est déroulée à Montréal, au Québec. Soixante-deux pays y participèrent sous le thème Terre des Hommes, portant le message de l’ouvrage éponyme d’Antoine de Saint-Exupéry. Près de 90 pavillons de toutes sortes (gouvernements, pavillons thématiques, organisations internationales, etc.) furent mis en place pour l’événement.

Patrice Fina est un photographe camerounais, originaire de la région de l’extrême-nord, qui réside
aujourd’hui à Yaoundé, future Tel Aviv de l’Afrique. Il a été identifié comme Jeune Talent Stuart(ist)
par la fondation culturelle Théophile Lognoné (« Toujours rechercher l’innovation ») qui œuvre dans
le champ des « borders studies ». Cette fondation perpétue la mémoire de l’industriel et innovateur
Théophile Lognoné dont les premières découvertes ont porté sur la New Nature Economy.

Lire aussi: [Arts visuels] Le photographe Patrice Fina réinvente les Amazones de la Chouannerie

Suivre les travaux du photographe Patrice Fina sur sa page Instagram :
https://www.instagram.com/patricefina_photography_/

Par Kevin Lognoné

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!