POLITIQUESOCIETE

[Analyse] Nkolo Foe: « Le vent d’optimisme qui souffle au Cameroun »

LE VENT D’OPTIMISME QUI SOUFFLE SUR LE CAMEROUN

Par Nkolo Foé

Ils attendent tous un évènement sensationnel et sont prompts à qualifier les Chefs d’Etat africains de Sous-préfets…

Lire aussi: [Coopération] Le RC3D connecte des maires Camerounais au Canada

Mais quand ces mêmes « Sous-préfets » signent avec d’autres puissances du monde une déclaration conjointe devant la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies pour appeler à la levée immédiate et complète des mesures coercitives unilatérales, on ne les entend plus.

 

Selon cette déclaration, le monde est confronté à de nombreux défis interdépendants, dans lesquels les pays en développement sont touchés de manière disproportionnée. Par conséquent, un véritable système multilatéral basé sur la solidarité, l’unité et la coopération internationales est plus que jamais nécessaire.

Malgré ces défis, les pays en développement et leurs populations continuent à être victimes de mesures coercitives unilatérales, qui vont à l’encontre des buts et principes de la Charte des Nations Unies, du droit international et du multilatéralisme. La déclaration précise :

« Nous souhaitons réaffirmer les buts et principes de la Charte des Nations Unies, ainsi que le devoir qu’ont les Etats de coopérer les uns avec les autres ».

 

Or, « malgré de nombreux appels à lever les mesures coercitives unilatérales, ces mesures illégales continuent à avoir des conséquences dévastatrices pour les pays visés et leurs populations. Associées à des sanctions secondaires, elles exacerbent les défis humanitaires et économiques existants, entraînent des difficultés d’accès aux biens et services essentiels comme la nourriture, les médicaments, l’eau potable, le carburant et l’électricité, et affectent négativement les droits de l’homme ». Les pays signataires de la déclaration onusienne concluent: « Nous réaffirmons notre opposition aux mesures coercitives unilatérales, et appelons les Etats qui les imposent de cesser immédiatement et complètement de telles pratiques (…). La situation actuelle nécessite davantage de solidarité et d’unité ».

 

Le Cameroun a signé cette déclaration aux côtés de 24 autres États membres des Nations unies : Antigua-et-Barbuda, la Biélorussie, la Bolivie, le Cambodge, la République centrafricaine, Cuba, la République populaire démocratique de Corée, l’Egypte, la Guinée équatoriale, l’Erythrée, l’Ethiopie, l’Iran, le Laos, le Nicaragua, le Pakistan, la Palestine, la Russie, le Soudan du Sud, le Sri Lanka, le Soudan, la Syrie, le Venezuela, le Zimbabwe et la Chine.

 

Le Cameroun mène une révolution silencieuse. Il est étrange que ce geste décisif n’ait été remarqué par personne, alors même qu’il constitue un tournant géostratégique majeur. Si on lui adjoint la croisade actuelle contre la mafia installée au cœur de l’Etat (lignes 65 et 95), alors le vent d’optimisme qui souffle sur le pays se justifie pleinement. Il reste à soutenir massivement cet effort pour faire pencher le rapport de forces en faveur des forces du progrès dans le pays.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!