CULTURELIFE STYLE

[Ukery au Goethe-Institut] Un voyage à l’état brut

Il y a des artistes dont l’univers n’est pas facile à apprivoiser. Il nous faut de la concentration pour partager un projet musical plus que sensuel. Cela a été le cas avec la jeune artiste Ukery, Vendredi 16 Septembre 2022 au Goethe-Institut, dont le premier spectacle live a été à la fois coloré et intimiste. Regard sur un concert très attendu.

© Manfred Essome

Ukery a de sages réflexions qu’elle nous soumet dans les chansons de son tout premier EP en carrière de 5 titres, intitulé  » Enyiñ ». En marge d’une trentaine de minutes de retard, c’est avec douceur qui caractérise son grain de voix, et les grooves soul, et bikutsi, qu’elle entame son spectacle via le titre « Maria ». Avec à la baguette et aux basses Brice Essomba (Claviers), Ben Bossambo et Marc Ndzana.

© Manfred Essome

Sur la suivante « Adjal », Ukery met à l’honneur la femme, sous les regards attentifs de Serge Maboma, Nadine Gérard et Sanzy Viany qui quelques minutes plus tôt, lui prodiguait quelques conseils, sans doute pour chasser le stress. Sur scène, la délicatesse et l’agilité de sa voix, contrastent avec sa puissance vocale qu’elle met sur certaines gammes. Pour son âge (21 ans), elle fait preuve de dextérité.

© Manfred Essome

Il y en a pour tous les goûts sur cet EP, des ambiances festives à la Raphran Le Bantou et Taty Eyong aux grooves plus introspectifs d’amphétamine et de semblant. Le premier extrait dansant paru cette année, a été écrit avec beaucoup de cœur.

Folkloriste patentée et artiste de scène passionnée, Ukery n’imite pas: elle fait revivre. Bien sûr, elle adopte sa chaude couleur de voix, sa bonne humeur communicative et ses roulements de « r » tenus de son accent ; mais elle le fait avec un naturel et une aisance qui ne peuvent venir que de la simplicité et de la franchise.

Tout comme ceux qui ont assisté à sa première Samedi dernier, les amateurs de Bikutsi, soul, et de folklore qui iront voir Ukery sur les prochaines scènes, auront droit à plus qu’une enfilade de chansons toniques agrémentées de saines turluteries : ils seront témoins d’un morceau d’histoire.

À travers son titre « Minlañ » composé d’une couleur Jazz et Bolsa Nova, Ukery ouvre un côté extraverti & troubadour, porteuse de chants du quotidien avec sa vie personnelle, ses espoirs déçus ou exaucés, ses inquiétudes et ses joies.

© Manfred Essome

Les musiques déjà un peu dans la tête, j’ai eu l’occasion de les redécouvrir dans cette ambiance Yaoundéenne. Des intermèdes pleins de courtes pauses, d’humour, de simplicité avec le public qui font le contrepoint avec ses textes sensibles ou étonnants. Dans son langage, je ressens chez Ukery au travers de sa musique, cet amour de la beauté intérieure d’une femme, des vicissitudes de la vie, de l’amour, mais aussi de Dieu. Et ces mélodies d’une délicatesse minimaliste ou d’une grande violence rythmique. Tout cela sur fond latino, et afro, qui donnait au public l’envie de se lever et de danser.

Lire aussi: [CONCERT] « JAM »: Le Récital passionné d’Armand Biyag

Son premier EP «Enyiñ» se compose de mélodies lumineuses (« Akele », « Ngot » entre autres), de textes poétiques écrits en langue locale Bulu, et en français. Entre tradition et invention, mélodies entêtantes et improvisation, émotions contenues et déferlement, cris et désespoirs mais aussi joie bien vivace, Ukery nous proposera à l’avenir des projets encore plus intéressant.

Le mot fort qui vient à l’esprit en quelques minutes d’écoute d’une heure de concert, c’est la sincérité : sincérité du propos, sincérité du chant, sincérité des musiciens qui l’entourent également, inventifs dans les impros, délicats dans l’accompagnement.

C’est drôle les concerts. Parfois on a envie qu’ils se poursuivent encore et encore. On regrette de se quitter, on était juste très bien ensemble et c’est tout…Ukery c’est ça. On est juste bien avec elle et voilà! Ce concert était à la fois précis et inattendu, improvisé et structuré, virtuose mais accessible.

1-Line UP du Concert: 

Ben Bossambo (Bass)

Brice Essomba (Claviers)

Marc ndzana (Batterie)

Marcien Oyono (Guitares)

2-Chœurs :

Marie Therese Stephanie

Bertrand Tegel

Alega Mbarga Marie Ange

3- Set List du concert :

Maria

Adjal

Minlañ

Kobo ite

Mañ zamba

Akele

Ba dihani

Merikussa

Ngôt

 

Lire aussi: [Concert] La voix hypnotique de Diane Beza !

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!