SOCIETE

Questions foncières : Les malheurs d’un propriétaire terrien à Olembé

Les questions foncières au Cameroun sont au centre des attentions. Il est devenu presqu’impossible de passer une journée sans qu’une problématique d’expropriation, d’abus de pouvoir ou d’intimidation de la part de riches individus qui achètent des espaces à tout vent ne fassent l’objet de polémiques. A Yaoundé, capitale politique camerounaise, cette situation est devenue monnaie courante, surtout dans les nouveaux quartiers. Le sieur TIOMO Etienne, puisqu’il s’agit de lui subit depuis quelques années les angoisses d’un « voisin » visiblement trop puissant, qui voulant récupérer l’espace de son voisin, n’a pas respecté un certain nombre de choses.

La calvaire que vit Monsieur Tiomo Etienne du côté d’Olembe II dans la ville de Yaoundé depuis le début de la construction d’un espace commercial proche de sa maison, est la preuve palpable que la loi du plus fort est devenue la meilleur et, même si le tort revient à celui qui a beaucoup d’argent, on lui accordera toujours le bénéfice du doute. En effet, le compatriote a pris ses quartiers avec sa petite famille dans ce nouveau quartier de la ville de Yaoundé depuis quelques années. Aussi, dans ce secteur, il a vu d’autres personnes venir s’installer au fur et à mesure. Peu de temps après un homme d’affaires va donc décider de venir s’y installer. C’est ainsi que dans sa course folle et son désir d’agrandir son bâtisse pour y mettre un grand espace commercial, il va se lancer dans une campagne d’achats d’espace de terres de la plupart des riverains de ce lieu. Seulement, lorsqu’il fera la proposition au sieur Tiomo, il va recevoir un refus catégorique de la part de ce dernier nonobstant la grosse somme qui a été mise sur la table. Il faut rappeler que ceux qui avaient décidé de vendre leur espace ne disposait pas d’un titre foncier, contrairement à monsieur Tiomo qui en disposait. En homme de paix et de savoir-vivre, il va recevoir comme à l’africaine ses nouveaux voisins. Cependant, la situation va prendre une toute autre tournure lorsque le fameux propriétaire du futur centre commercial au nom de SONECO sarl va démarrer la construction de leur bâtiment. En effet, pendant la construction, de nombreux débris entre autre cailloux, parpaings, ciments et autres vont de temps en temps se retrouver dans la maison de ce dernier causant d’énormes dégâts sur la toiture de la maison de Monsieur Tiomo Etienne. Ce problème, longtemps décrié par ce dernier auprès des entrepreneurs qui s’occupent de la construction du bâtiment devant abriter le centre commercial de SONECO SARL n’a jusqu’ici pas trouver de solutions. Et même, il a fallu que la dame du sieur Tiomo se plaigne à plusieurs reprises du fait que de nombreux débris qui tombent sur le toit et causant de nombreux dégâts jusqu’à la destruction du plafond de leur bâtisse (photo illustratif de l’article), pour qu’une pseudo plainte leur soit desservis par la société SONECO sarl pour destruction et menaces, qu’ils estiment qu’ii y’a eu « des actes de provocations, d’invectives et même d’injures » comme le stipule la plainte. Et pourtant, dans le fond, la situation est loin de celle que la partie adverse dénonce, puisqu’à la vérité, c’est Monsieur Tiomo Etienne qui est, dans le cas d’espèce dans une mauvaise posture puisque sa maison a été détruite par ceux qui effectuent les travaux du centre commercial. Cette situation est donc la démonstration parfaite de la société dans laquelle on vit, une société où les plus forts sont broyés par les plus faibles même si ces derniers ont raisons. La seule chose que le sieur Tiomo demande c’est de vivre paisiblement sur sa surface d’habitation qu’il a acquis de manière honnête et donc il dispose tous les papiers nécessaires devant la loi. Au jour d’aujourd’hui, il est presqu’impossible pour ce dernier de pouvoir vivre normalement dans sa maison sans recevoir des menaces de la part de ceux-là qu’il a reçu à bras ouvert parce qu’il a refusé de vendre son espace. La maison qu’il pris du temps à construire est aujourd’hui en état de délabrement avancé à cause des dégâts causés lors de la construction de cet espace commercial du côté d’Olembé. Il est donc question que les autorités en charge des questions foncières prennent cette situation à bras le corps afin que Monsieur Tiomo Etienne et sa famille vivent dans la quiétude et la paix. Le Cameroun étant un pays de droit, il est clair que les choses vont rentrer à la normale afin que cette situation calamiteuse que vit la famille TIOMO depuis des années puisse trouver une solution.

 

Joseph kono/ le quatrième pouvoir

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!