INTERNATIONALPOLITIQUE

Macky Sall à l’ONU : « L’Afrique a assez subi le fardeau de l’histoire »

Macky Sall a pris la parole devant l’Assemblée générale de l’ONU. Le chef de l’Etat sénégalais et président en exercice de l’Union africaine a réitéré son appel à l’octroi d’un siège à l’UA au sein du G20. Il a également demandé à ce que l’on donne plus de voix au continent au Conseil de sécurité de l’ONU.

Depuis la dernière session de l’Assemblée générale, le monde est devenu plus dangereux et incertain, a estimé Macky Sall. Le Président sénégalais, s’exprimant devant l’Assemblée générale des Nations Unies en sa qualité de Président de l’Union africaine, a attribué ce revers à l’emprise combinée du réchauffement climatique, des périls sécuritaires ainsi que de la guerre en Ukraine, appelant à une action collective urgente pour apaiser les tensions, soigner notre planète, réduire les inégalités persistantes Nord-Sud et redonner sens au multilatéralisme.

Traduisant les préoccupations de l’Afrique, il a renouvelé son appel à la levée des sanctions qui touchent le Zimbabwe et nourrissent, selon lui, le sentiment d’injustice de tout un peuple, et aggravent ses souffrances en temps de crise.

Il a par ailleurs, sur la question du terrorisme, qui gagne du terrain en Afrique, souligné que ce fléau n’est pas qu’une affaire africaine, mais avant tout une menace globale qui relève de la responsabilité première du Conseil de sécurité, garant du mécanisme de sécurité collective. Un Conseil qui, selon lui, doit mieux s’engager avec les Africains dans la lutte contre le terrorisme en Afrique, avec des mandats plus adaptés et des moyens plus conséquents.

Appelant à une refonte des cercles décisionnels internationaux qui confinent l’Afrique à la marge, le Président sénégalais a plaidé pour la juste et légitime revendication africaine d’une réforme du Conseil de sécurité, ainsi que pour l’octroi d’un siège à l’Union africaine au sein du G20, un moyen, à ses yeux, de permettre à son continent d’être représenté là où se prennent des décisions qui engagent des centaines de millions d’Africains.

« Je suis venu dire que l’Afrique a assez subi le fardeau de l’histoire ; qu’elle ne veut pas être le foyer d’une nouvelle guerre froide, mais plutôt un pôle de stabilité et d’opportunités ouvert à tous ses partenaires, sur une base mutuellement bénéfique », a affirmé Sall, se disant être le messager « d’un continent déterminé à travailler avec tous ses partenaires, dans une éthique relationnelle de dialogue confiant et de respect réciproque.

Lire aussi: [Guerre en Ukraine] Zelensky invite Macky Sall & Umaro Sissoco Embaló

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!