ECONOMIE

COLLECTES FISCALES : La digitalisation dope les gains

Les recettes fiscales moyennes mensuelles sont passées de 88 milliards en 2010 à 221 milliards en 2022.

L a digitalisation occupe progressivement le champ des impôts du Cameroun. Une bonne quantité de documents et autres déclarations se font désormais en ligne. Ce qui est tout avantageux pour la direction générale des impôts (DGI). Parmi ces retombées, les collectes moyennes mensuelles. « Les recettes globales mobilisées par la DGI sont passées de 1 059 milliards de FCFA en 2010 à 2 656 milliards à fin 2022, soit une moyenne mensuelle passant de 88 milliards de FCFA en 2010 à 221 milliards en 2022 », se félicite la DGI

En dehors de ces fonds, l’on note en outre que grâce à la digitalisation, les recettes du budget de l’Etat sont passées de 992 milliards en 2010 à 2 384 milliards en 2022. Ou encore, la moyenne mensuelle des recettes du budget de l’Etat central était de 83 milliards en 2010 et se hisse à 199 milliards en 2022. Autre point positif dans ce tableau, les recettes affectées aux collectivités territoriales décentralisées (CDT) étaient de 67 milliards en 2010 et devraient passer à 272 milliards en 2022. Pendant ce temps, les recettes affectées aux CTD ont été multipliées par quatre avec une évolution de +205 milliards entre 2010 et 2022, et la moyenne mensuelle des recettes affectées aux maries qui était de 6 milliards en 2010, se hisse à 23 milliards en 2022.

La digitalisation, rappellent les créateurs de richesse de la capitale économique du Cameroun (Douala), fait partie des idées suggérées et profondément encouragées par le secteur privé, perçu comme source de bonnes suggestions par la DGI qui, du 13 au 16 septembre 2022, est à Douala rencontrer les différents regroupements de patrons du privé. « Nous sommes très heureux à la veille de la préparation de la loi de finances de l’exercice 2023, de venir nous concerter avec le secteur privé. Le président de la République a promulgué récemment la circulaire sur la préparation du budget qui marque le coup d’envoi des opérations concrètes devant conduire à l’élaboration de la loi de finances du Cameroun. Cette loi de finances contient généralement d’importantes mesures fiscales qui intéressent au premier chef les opérateurs économiques. Ceux-ci veulent, non seulement comprendre les intentions des autorités dans le cadre de cette loi à venir, mais également participer à la rédaction des mesures nouvelles », déclare Modeste Mopa Fatoing, directeur général des impôts.

Comme mesures nouvelles et idées d’actions suggérées lors de la concertation groupée avec tous les syndicats et autres mouvements patronaux à Douala le 13 septembre 2022, Entreprises du Cameroun (Ecam) de Protais Ayangma suggère la redéfinition et la précision de ce que l’on appelle startup dans l’univers camerounais, définir le temps d’incubation d’une startup afin qu’elle puisse bien bénéficier de ses avantages fiscaux. Christophe Eken, président de la Chambre de Commerce suggère une solide géo localisation des contribuables afin de mieux collecter la taxe foncière. Des contribuables souhaitent voir Orange money et MoMo restituer (ce qui n’est pas souvent le cas) des fonds perçus lorsqu’il y a double paiement.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!