CULTUREECONOMIESOCIETE

[Tribune] O.P.A sur la haute couture : Oser, Préparer et Anticiper la mode de demain

Matériaux biosourcés, mode et handicap, transmettre et former de nouveaux talents : le créateur camerounais Amadou Soulemanou fourmille d’idées afro futuristes pour imaginer la mode de demain. Issu d’une famille de couturiers, Il ne fait pas partie d’une génération d’héritiers mais d’une génération d’entrepreneurs de la mode durable. Récemment sa collection Unité d’Afrique mettait en valeur l’unité des cultures camerounaises et africaines à travers l’utilisation de matières et de savoir-faire variés et issus de différentes aires culturelles d’Afrique subsaharienne. Passionné d’innovation et de mode durable, il rêve que Yaoundé se transforme en future Tel Aviv de l’Afrique, une alternative créative au modèle de Singapour africain au Rwanda.

L’occasion de dévoiler quelques secrets et inspirations qui l’amènent à réfléchir au design de matériaux économes, circulaires et durables.

Matériaux biosourcés : à la recherche du Jersey Camerounais

L’une des premiers réflexes en matière d’innovation est de regarder les échecs et les réussites du passé. En 1996, la Bibliothèque nationale de France et la chambre de commerce et d’industrie de Paris ont construit un partenariat qui a donné naissance au pôle de documentation PRISME : une mine d’or sur le monde de l’entreprise d’hier. Son principe : offrir un maximum d’archives et d’informations historiques sur des études de marché, des environnements-métier, des chiffres-clés et notes historiques de conjoncture à la disposition de n’importe quel créateur prêt à se lancer. Il en ressort des enseignements exceptionnels, des capacités d’adaptation hors-du-commun pour préparer l’avenir.

La mode se fait et se défait. Les témoignages historiques sont donc précieux pour anticiper le monde demain. Prenons un exemple inspirant. Le triomphe initial de Chanel fut son utilisation novatrice du jersey, une matière tricotée à la machine fabriquée par la firme Rodier. Pourtant, le jersey était considéré comme trop « ordinaire » pour être utilisé dans la couture, et n’était pas apprécié des créateurs car la structure du tricot le rendait difficile à manipuler par rapport aux tissus tissés.

Selon le Metropolitan Museum of Art : « Avec sa situation financière précaire dans les premières années de sa carrière de designer, Chanel achetait le jersey principalement pour son faible coût. Les qualités du tissu garantissaient cependant que la créatrice continuerait à l’utiliser longtemps après que son entreprise soit devenue rentable.  »

Lire aussi: [Tribune] Le Testament de Merlin dans Théophile Briant (1891-1956): Veilleur d’un Phare Éternel, vecteur d’un imaginaire commun avec l’Afrique?

Le premier costume de voyage en jersey de laine de Chanel se composait d’une veste cardigan et d’une jupe plissée, associée à un pull à ceinture basse. Cet ensemble, porté avec des chaussures à talons bas, est devenu le look décontracté des vêtements féminins coûteux.

L’introduction par Chanel du jersey dans la haute couture a bien fonctionné pour deux raisons : Premièrement, la guerre avait provoqué une pénurie de matériaux de couture plus traditionnels, et deuxièmement, les femmes ont commencé à désirer des vêtements plus simples et plus pratiques. Ses costumes et robes en jersey fluide ont été créés avec ces notions à l’esprit et permettaient un mouvement libre et facile. Cela était très apprécié à l’époque car les femmes travaillaient pour l’effort de guerre en tant qu’infirmières, fonctionnaires et dans les usines. Leurs emplois impliquaient une activité physique et ils devaient prendre des trains, des bus et des vélos pour se rendre au travail.

Depuis l’époque médiévale, Jersey, où la matière éponyme a été produite pour la première fois, était un important exportateur de produits tricotés. Progressivement, le tissu en laine de Jersey est devenu bien connu.

Lire aussi: [Tribune] New Nature Economy: Osiris héliciculture est-il un projet viable à l’heure du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion?

C’est en 1916, Gabrielle « Coco » Chanel bouleversa l’industrie de la mode en utilisant le jersey à une époque où il était strictement associé aux sous-vêtements. « Cette créatrice a fait du maillot ce qu’il est aujourd’hui – nous espérons qu’elle est satisfaite », a déclaré Vogue en 1999. « Cela fait presque autant partie de nos vies que la serge bleue. Avec son projet de Centre intégré de l’art textile, accessoires, mode et de promotion de tissu artisanal à Foumban, Amadou Soulemanou et d’autres créateurs ont compris l’importance de bâtir au Cameroun un écosystème créatif de nouveaux matériaux biosourcés économes, circulaires et durables, reflets des évolutions de la société dans son ensemble.

Kevin LOGNONÉ

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!