LIFE STYLE

Journée mondiale du blog : contrer le suivisme

Le blogueur écrit son histoire. Il prend position. Ses opinions éveillent les consciences, choquent, blessent et guérissent. Il le fait en toute lucidité, pour le bien-être de sa communauté. Pour cela, le blogueur nouveau jouit d’une véritable culture générale et d’une crédibilité incontestable. Il s’abreuve à la source du bien. Il n’est pas la plume ou la voix du pouvoir, ni celle de l’opposition, encore moins celle des ONG et institutions internationales. Il ne se fait laver le cerveau par aucune de ces organisations. Il est libre et ne s’inscrit pas dans l’agenda de l’ordre établi pour plaire.

Je définis le blogueur camerounais du 21e siècle comme un messager de bonne nouvelle, un acteur de cohésion sociale, de la préservation de la souveraineté de son pays. Quelqu’un qui dénonce pour construire et non pour diviser. Qui milite pour la justice sociale, l’amélioration des conditions de vie de la population. Il est rigoureux et non égoïste. Parfois incompris. Pour moi, le blogueur nouveau modernise les luttes des pères fondateurs de la République du Cameroun. Il n’est pas un panneau, encore moins une régie publicitaire. Il ne chiale pas pour un oui ou pour un non. On ne lui impose pas la servitude à travers des campagnes qui pérennisent la colonisation intellectuelle, spirituelle, sociale,….

A l’occasion de la Journée mondiale du Blog qui se célèbre ce mercredi 31 août 2022, chaque internaute Camerounais qui se dit blogueur, doit revoir sa technique rédactionnelle. Les mots qu’il emploie dans ses billets. Ses phrases sont-elles encore colonisées. Utilise-t-il les mêmes qualificatifs que les colons pour nous asservir d’avantage, pour poursuivre le lavage de cerveau qui nous force à croire que nous sommes des sous-hommes, pauvres, une erreur de la nature?

Je sais que la blogosphère camerounaise est riche et infiltrée. J’ai même l’impression qu’elle est prise en otage. Le gain, le pouvoir et la gloire intéressent les plus paresseux. Qui n’ont rien à cirer des intérêts nationaux, de l’avenir de notre pays, encore moins de la préservation de notre race.

On se fait du fric à tout prix, on est ‘’star’’ et on peut faire la morale à tout le monde sous le prisme de l’Occident. Les blogueurs camerounais doivent noter une fois pour toute que la colonisation est terminée. Les évènements de ces dernières années nous le démontrent à suffisance. Nous sommes à l’ère du souverainisme assumé. Le blogging du ‘’biberon’’ dicté par les « maîtres » au détriment de nos peuples, relève désormais de la ‘’old school’’. C’est bien d’être nostalgique, mais nous devons avancer vers notre destinée commune.

Demain, je sais que plusieurs activités sont prévues dans plusieurs villes du pays autour du blogging. Elles doivent être des plateformes d’échanges qui révolutionnent notre quotidien. On peut s’inspirer des batailles menées ailleurs pour affirmer notre souveraineté.

Sur ce, je nous souhaite une bonne Journée mondiale du Blog!

Didier Ndengue
La Plume de l’Aigle
Ancien Vice-président de l’Association des Blogueurs du Cameroun (ABC)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!