INTERNATIONAL

En visite à Taïwan, Nancy Pelosi joue l’apaisement, la Chine montre ses crocs!

La présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi, est arrivée à Taïwan, mardi 2 août. Une visite vue d’un très mauvais œil par la Chine qui revendique cet archipel démocratique de 24 millions d’habitants et cherche à tout prix à l’isoler. Pékin qui a d’ailleurs déjà lancé une série de représailles militaires et économiques.

Depuis son arrivée, Nancy Pelosi a semblé jouer la carte de l’apaisement. Elle est restée sur la même ligne de défense, à savoir que cette visite ne change pas la position américaine vis-à-vis de Taïwan, rappelant d’ailleurs qu’une visite similaire avait déjà eu lieu en 1997, rapporte notre correspondant à Taïwan, Adrien Simorre.

Lire aussi: Attentats du 11 Septembre: Joe Biden demande la déclassification de documents de l’enquête

Cela dit, Nancy Pelosi a enchaîné ce matin les visites de haut rang. D’abord au Parlement taïwanais, symbole de la démocratie taïwanaise, et un peu plus tard au palais présidentiel où elle a rencontré Tsai Ing-wen, la présidente taïwanaise. « Nous sommes venus pour dire clairement que nous n’abandonnerons pas Taïwan, a ainsi lancé Nancy Pelosi lors de cette rencontre. Nous venons en amis, nous vous remercions pour votre leadership, nous voulons que le monde le reconnaisse. Nos visites dans les délégations du Congrès ont trois objectifs. Le premier est la sécurité, la sécurité de notre peuple, la sécurité mondiale ; le deuxième est l’économie, pour répandre autant de prospérité que possible ; et le troisième est la gouvernance. »

Le message est reçu par la dirigeante taïwanaise : « La guerre en Ukraine a conduit le monde entier à se focaliser sur Taïwan face à une menace militaire toujours plus grande, Taïwan ne reculera pas. Nous ferons tout pour défendre notre souveraineté et notre démocratie. »

Lire aussi: Taïwan : Xi Jinping demande à Joe Biden de « ne pas jouer avec le feu »

Nancy Pelosi doit désormais rencontrer le président de TSMC, le leader mondial des semi-conducteurs. Des partenariats entre les États-Unis et Taïwan dans ce secteur très stratégique devraient être au menu.

La Chine augmente la pression sur Taïwan

Cette visite s’est attiré les foudres de Pékin qui ne reconnaît pas la souveraineté de l’archipel. La Chine avait annoncé des représailles militaires sévères si cette visite venait à avoir lieu. Et elle a déjà lancé dès mardi une campagne de sanctions économiques, mais aussi des cyberattaques sur l’informatique taïwanais. Lors de l’arrivée de Nancy Pelosi, le ministère chinois des Affaires étrangères a dénoncé une grave violation des engagements américains vis-à-vis de la Chine, qui porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionale, selon Pékin. Le gouvernement chinois a fermement protesté auprès de l’ambassadeur américain convoqué à Pékin, et alerté sur les « conséquences très graves » d’une initiative jugée « extrêmement choquante ». On reste toutefois pour l’instant en deçà des menaces de la propagande chinoise qui ont pu faire croire, à un moment, à la possibilité d’une intervention militaire directe. Mais le plus gros reste encore à venir, donc il faut rester prudent. L’Armée populaire de libération va organiser, de jeudi jusqu’à dimanche, des exercices militaires en mer et dans les airs autour de Taïwan. Une partie de ces exercices pourrait même avoir lieu au sein des eaux territoriales taïwanaises. Les prochains jours seront ainsi très tendus autour de Taïwan.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!