ECONOMIEPOLITIQUESOCIETE

[Développement Local] Le bureau du comité de développement du groupement Baloum annonce sa démission collective

Baloum, situé dans l’arrondissement de Penka-Michel, département de la Menoua, Région de l’Ouest, est un groupement dont les Élites peinent à faire les choses collégialement pour le bien-être des populations. Le Bureau du Comité de Développement vient d’adresser une lettre de démission au Chef Supérieur

Avec une population d’environ onze mille sept cent âmes et constitué de plusieurs villages, ce groupement souffre d’un sous-développement criarde et peine à sortir la tête de l’eau malgré la volonté manifeste du Roi des Baloum, SM NOUSSI POKAM Charly Constant et de certaines Élites. Une volonté manifestée en novembre 2016 à travers la relance des activités de « NULU », son comité de développement, avec à la présidence de ce comité, constitué d’une vingtaine de personnes, M. KINGNI Michel, Ingénieur Agronome. Des hommes et femmes engagés à travailler pour réunir les fils et filles Baloum autour du slogan « ensemble, nous pouvons », à l’effet de penser les stratégies de développement du village et améliorer les conditions de vie des populations. Seulement ils n’iront pas très loin, car le bureau du comité de développement du groupement Baloum (NULU) vient d’annoncer sa démission.

C’est dans une lettre adressée à Sa Majesté NOUSSI POKAM, Chef Supérieur Baloum, le 02 Août 2022 que le comité directeur du NULU, à travers son président M. KINGNI Michel, a annoncé sa démission collective après avoir subi des actes méprisants qui mettent à mal son existence et sa raison d’être. Les faits qui se sont déroulés publiquement, devant des autorités politiques et administratives de Penka-Michel, sont la goutte d’eau de trop dans le vase. « Ces faits se sont passés le 08 décembre 2019 et le 29 juillet 2022 au cours des évènements organisés sur le terroir Baloum. Ces agissements lui semblent en inadéquation avec les valeurs que le Comité défend, à savoir la dignité de l’autorité traditionnelle que vous incarnez et qu’il faut préserver, pérenniser et promouvoir, et dans le respect mutuel de chaque fils et filles Baloum », a-t-il affirmé dans la lettre. En lisant profondément cette lettre de démission, on comprend aisément que le Bureau du Comité de Développement a été plusieurs fois humilié en public, simplement parce que son président s’est fait représenter à des évènements par des membres non-présidents ; ce qui n’aurait pas plu à certaines personnes influentes de par leur richesse ou leur intelligence. Or, comme dans toute association bien organisée, le pouvoir absolue n’appartient pas une personne, fut-il le Président. Le NULU ou Comité de Développement de Baloum étant une entité morale et non-physique peut, conformément à ses textes, se faire représenter par un membre du bureau mandaté par son Président. Néanmoins, précise les membres du bureau,

« Nous vous présentons nos excuses si en nous faisant représenter à certaines cérémonies par des membres n’ayant pas qualité de président, nous vous avons offensé et à travers vous à toute la communauté que nous avons eu à servir. Bien plus nous vous assurons très honnêtement que nous l’avons fait dans le strict respect du cadre qui guide nos actions à savoir : « ensemble, nous pouvons » »

C’est pour éviter de telles humiliations et préserver leur dignité que ces élites, membres du Comité Directeur du NULU, ont décidé de démissionner, tout en priant humblement le Roi des Baloum de mettre sur pied « un conseil de transition qui pourra entre autre revoir les orientations et les textes du NULU, pour les recentrer uniquement comme organe de représentation avec tous les pouvoirs aux mains d’une personnalité désignée ou élue au cours d’une éventuelle assemblée générale qui identifiera les autres membres devant l’accompagner dans l’exercice de ses fonctions ».

Lire aussi: Autoroute Kribi-Lolabe: Sa partition au développement local

Quoi qu’il en soit, l’annonce de cette démission, non seulement, fait couler beaucoup d’encre et de salive entre les jeunes ressortissants de ce village en général et les jeunes intellectuels, très oubliés, en particulier, mais aussi elle est certainement l’arbre qui cache la forêt. Tous les regards sont désormais tournés vers le Roi des Baloum, par ailleurs Président d’Honneur du NULU, seul capable de mieux gérer cette affaire et réunir toutes les composantes de son groupement afin de mieux penser le village.

 

Bertrand NZOGANG

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!