DOSSIERSOCIETE
A la Une

Différend familial: Ce malaise chez les Sama Ayissi

Dans notre édition N°655 du lundi 4 juillet 2022, avec un titre qui soulève aujourd’hui moult controverses dans le landerneau diplomatico-politique de la capitale (Ambassade de France : Plainte pour faux contre une employée), nous avons tout de go présenté à nos lecteurs une histoire de différend familial entre héritiers comme celle d’une employée de ladite ambassade « passée maîtresse dans l’art de l’usurpation de titre, de l’escroquerie, de faux et d’usage de faux, du trafic d’influence ». Après avoir réussi enfin à la rencontrer pour avoir sa version des faits, cette histoire n’a absolument rien à avoir avec l’ambassade de France où Corine Marie Louise Ngah épouse Eteki Nkongo est employée. Alors de quoi s’agit-il en réalité ?

Par Jacques Blaise Mvié LA NOUVELLE

Malaise dans la famille de feu G u s t a v e Sama Ayissi ? Nul n’était censé le savoir et nul n’aurait dû le savoir. Ange Aimé Sama Douala, apparemment écrasé par la grande figure des autres 14 enfants de son feu père et avide de revanche, a été le premier à mettre ce malaise sur la place publique à travers les colonnes de notre édition de la semaine dernière. On va ainsi y apprendre que Corine Marie Louise Ngah épouse Eteki Nkongo, employée à l’ambassade de France, fait l’objet d’une plainte au secrétariat d’Etat à la Défense (Sed) et d’une citation directe. Motifs ? Usurpation de titre ; tentative d’escroquerie d’héritage; déclarations calomnieuses et diffamations; faux et usage de faux. Et c’est Ange Aimé Sama Douala, son frère, qui allume ainsi le feu en mettant dans toutes les bouches, aussi bien celles de nos lecteurs que celles de sa propre famille, un goût indigeste de cendres volcaniques, pour régler, à sa manière, un différend familial quasi banal. Comme pour dire que chez lui, désormais, le linge sale ne se lave plus en famille. Quitte ainsi à provoquer un vrai  cataclysme ravageur au sein de sa propre famille où l’on ne se regarde dorénavant qu’en chiens de faïence. Pourtant, il n’y a pas longtemps, les Sama Ayissi ne furent pas les membres de cette lignée qui ne s’adressent la parole que par avocats interposés. « J’ai encore en mémoire le discours de Sama Douala Ange Aimé le jour de l’enterrement de notre père au cours de la messe pontificale à la Basilique de Mvolyé devant Mgr Bayemi Matjei Sosthène, évêque d’Obala. Discours au cours duquel il prenait l’engagement de réunir tous ses frères et sœurs et d’œuvrer pour l’union de cette famille », se souvient aujourd’hui Corine Eteki, avant d’ajouter ceci, la moue perplexe : « il y a lieu de s’interroger sur l’attitude empreinte de versatilité et d’aigreur de ce personnage quand on sait que les frères et sœurs du premier lit ont tous des emplois et vivent de leurs revenus propres découlant de leurs activités professionnelles». Paradoxal ? Sans doute, pour qui veut scruter les choses comme les a décrites dans notre dernière édition Ange Aimé Sama Douala qui s’emploie ainsi à l’occasion, avec ruse et cynisme, à occulter ce côté professionnel reluisant de sa sœur Corine Eteki pour la jeter délibérément en pâture dans l’opinion comme une as dans l’art de l’usurpation de titre.

INDIGNITE SUCCESSORALE

D’ailleurs, il ne faut pas la mémoire de son feu père, et en ne dévoilant que les vieux clichés connus de tous les proches de la famille. Même si au même moment, on peut imaginer la tête desdits proches s’étranglant devant tant de gâchis et de désordre au sein de la famille de feu Sama Ayissi. D’emblée, il ressort de ces déclarations inédites de Corine Eteki que la paranoïa de son frère Ange Aimé Sama Douala n’est ni nouvelle ni cachée. « Son père et lui ne s’entendaient pas et ne se fréquentaient guère. Ils n’ont jamais entretenu une relation sereine et leurs rapports ont toujours été conflictuels. Cela est de notoriété publique. La famille et les amis le savent », confie-t-elle, l’air triste, mais d’un ton pince sans-rire. « D’ailleurs, elles sont nombreuses les fois où il a porté atteinte à l’honorabilité et à la respectabilité de son défunt père. C’est ainsi qu’il a trainé son père au parquet de Yaoundé Centre administratif, aux fins de le faire inculper pour faux et abus de confiance à cause des propres biens acquis par son père. Il un petit mode d’emploi particulier pour comprendre l’effet ainsi recherché par cette manœuvre de transposition facile et moralement malsaine : Ange Sama à travers les médias veut rallier l’opinion à sa cause. Il faut l’avouer clairement. Ce sadisme du frère enragé aura suffi, la semaine dernière, à rendre fous furieux au même moment ceux qui suivent ce différend familial avec le minimum de distance prophylactique requis, et les autres membres de la famille. Au point où Corine Eteki, d’ordinaire si placide et effacée, a cru bon de sortir de ses gonds pour ouvrir grandement cette boite de pandores familiale qu’elle semble si bien chérir, en élaguant certes au passage ce qui peut davantage ternir  a également tenté de le frapper en plein quartier Nlongkak devant une foule ahurie. Ce sont d’ailleurs des causes d’indignité successorale qui avaient poussé notre père à dire qu’il allait l’enlever de son testament », finit-elle son déroulement de toutes ces réminiscences d’un frère marqué au fer par un caractère bien trempé qui n’a fait que le loger, chaque fois, à mauvaise enseigne auprès de son père.

DROIT LOCAL

Pourtant, de l’aveu même de Corine Eteki, tout avait si bien commencé lorsque sa mère, épouse légitime de feu Gustave Sama Ayissi d’une union monogamique et sous le régime de la communauté des biens, apprend l’existence d’un enfant adultérin, œuvre de feue Momo Jeannette et de son époux. C’est d’ailleurs elle qui réussit à convaincre son époux, non seulement de reconnaitre cet enfant adultérin qui a pour nom Ange Aimé Sama Douala, mais aussi de le faire venir en Italie où était installée à l’époque toute la famille Sama Ayissi. Selon sa sœur, cela s’était fait avec beaucoup de difficultés dues aux problèmes d’adaptation du jeune Sama. D’ailleurs, ce sont ceux-ci qui seront plus tard à l’origine de son rapatriement au Cameroun. Ange Aimé Sama Douala ne l’a jamais pardonné à son père. Pire, cela va plutôt créer un tenace refroidissement dans leurs rapports. « La distance entre le père et le fils va d’ailleurs s’accentuer au fil des années », se souvient-elle aujourd’hui avec une pointe de nostalgie et un dépit de maitresse délaissée, en évoquant ainsi ce grain de sable qui, pour elle, aurait eu pour effet de bloquer la belle mécanique mise en place par sa propre mère, à l’époque seule épouse légitime de Gustave Sama Ayissi avant leur divorce quelques années plus tard. Est-il aussi besoin de rappeler que, comme le confirme Corine Eteki elle-même, de l’union de sa mère et de son feu père Gustave Sama Ayissi, sont nés 2 enfants, tous en vie aujourd’hui. Mais bon à savoir, précise-t-elle comme pour mettre le doigt dans cette plaie en pleine putréfaction aujourd’hui, « notre défunt père par son mariage avec notre mère, a légitimé par jugement civil rendu par le tribunal de première instance de Yaoundé statuant en matière de droit local
le 24 novembre 1977, les 3 premiers enfants de son épouse. Cette décision de justice est devenue définitive et a
acquis autorité de la chose jugée. Nous en détenons la grosse et copie de cette grosse »
. Difficile de ne pas y voir, l’origine réelle du différend actuel entre Ange Aimé Sama Douala et lesdites 3 sœurs. Ceci expliquerait-il peut-être cela ? C’est dire le malaise actuel entre les héritiers de Sama Ayissi.

L’AUTRE MALAISE


« En réalité, Ange Aimé Sama Douala commet un parricide en voulant rebasculer ses frères et sœurs consanguins dont la relation avec leur père était respectueuse et remplie d’amour ? », déplore aujourd’hui Corine Eteki, pour condamner cette dialectique de chantage et de marchandages divers cyniquement entretenue dès lors par leur frère. Dialectique où les manèges deviennent au fil de vains conflits inépuisables, depuis que le temps a viré au sombre en apprenant après le décès de leur père, le 14 février 2019, que leur frère a nuitamment été fait chef de famille, en l’absence des enfants issus du premier lit. « A peine notre père enterré, Ange Sama Douala entreprend de convoquer un conseil de famille en l’absence des enfants nés du premier lit que nous sommes, et que se fait désigner seul administrateur de la succession. Ensuite, il introduit sa procédure nuitamment au Tribunal de grande instance du Mfoundi à Yaoundé, et c’est à ce moment-là
que nous nous invitons aux débats pour faire valoir nos droits comme tous les autres ayantsdroits et solliciter une co-administration. Entre temps, et ce depuis le décès de notre père, il administre en compagnie de 2 sbires les biens de ladite succession sans aucun compte rendu aux autres. (…) D’ailleurs, le Tribunal de grande instance du Mfoundi statuant en matière civile a rendu une saine décision par jugement N°48/civil du
janvier 2021 en reconnaissant tous les enfants Sama Ayissi, malgré la pléthore d’arguments avancés par sieur Sama Douala et ses conseils. Nul doute que la Cour d’appel qu’il a saisie en second recours fera montre de la même clairvoyance que les juges d’instance. D’où vient-il donc qu’il saisisse la presse pour discréditer
ses sœurs consanguins d’hier, devenues aujourd’hui des faussaires et des usurpatrices d’un autre genre ? »
, conclut Corine Eteki, la sœur de Sama Douala, au sourire angélique, qui était la sainte compagne d’hier, devenue aujourd’hui la faussaire. Comment après tout ceci, ne pas avoir le cœur battant lorsqu’en professionnel de la communication, on cherche inlassablement le lien vrai et palpable entre cette histoire ordinaire de différend familial entre les héritiers de feu Gustave Sama Ayissi, et cette vie professionnelle de Corine Eteki, profusément brocardée à l’encre noire dans notre dernière édition ? C’est dire l’autre malaise…Toutes nos excuses.

Par Jacques Blaise Mvié LA NOUVELLE

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!