AUTRES

[Union Africaine] Création d’un poste d’Envoyée spéciale Femme, Paix et Sécurité

Depuis le 31 juillet 1962, la Journée africaine de la Femme marque également l’anniversaire de la création de l’Organisation Panafricaine de la Femme (OPF) par la première Conférence des femmes africaines tenue à Dar Es Salam en Tanzanie.

En ce 60ème anniversaire de sa création, je tiens à saluer les pionnières de l’OPF qui ont lutté avec un courage légendaire et une détermination à toute épreuve pour la décolonisation du continent et la fin de l’Apartheid ainsi que pour la reconnaissance des droits des femmes. Cette lutte a largement contribué à la création par nos leaders d’alors de l’Organisation de l’Unité africaine à laquelle a succédé l’Union africaine.

Ces efforts engagés depuis des décennies se poursuivent avec une plus grande intensité dans la seule perspective de bâtir une Afrique où la vie de tous les jours se déroule sous le double prisme de l’égalité et de la justice pour un développement inclusif qui ne laisse personne au bord du chemin.

Lire aussi : Les promesses de Vladimir Poutine pour faciliter l’exportation du blé ukrainien vers l’Afrique

Cet épanouissement individuel et collectif reste conditionné par la reconnaissance des droits de la femme dans tous les secteurs d’activité. Je me félicite de constater que les femmes africaines sont dans une mobilisation permanente pour faire valoir ces droits et prêtes à apporter leur contribution à la mise en œuvre de toutes les stratégies concourant à leur autonomisation et à consolider l’égalité entre elles et les hommes, à l’effet de construire une relation de complémentarité sur le chantier de l’édification de notre continent.

C’est ce message portant sur la parité qui est contenu dans le thème de la Journée africaine de la Femme au titre de l’année 2022 « Journée africaine de la Femme – Réaliser le Capital humain des Femmes pour un développement durable inclusif : lutte contre le fléau de la violence tout en améliorant la sécurité alimentaire et la bonne nutrition en Afrique ».

 

Développer toutes les activités que révèle ce thème, dense et multisectoriel, sera la traduction concrète de notre engagement collectif à travailler pour une société juste et égalitaire.

En effet, le développement des capacités intellectuelles et professionnelles des femmes, l’accroissement de leur niveau d’instruction et, d’une manière générale, leur accès à toutes les formes de connaissances constituent un puissant facteur d’autonomisation et un bouclier parfait contre toutes les formes de violence dont elles pourraient être victimes.

Pour parvenir à ces objectifs louables auxquels nous aspirons tous, c’est un effort collectif qui est requis. Aussi, j’en appelle à la mobilisation de tout le continent, dans tous ses compartiments, à savoir l’Union africaine, les Communautés économiques régionales, les Etats membres, les organisations de la société civile, le secteur privé, les hommes et bien évidemment les femmes, afin qu’ils se donnent la main dans une démarche de concertation permanente et de soutien pour faire de la célébration de cette Journée la marque d’un nouveau départ, sous-tendu par notre commune volonté de bâtir l’Afrique que nous voulons, une Afrique qui célèbre la femme, une Afrique dont la signature sera désormais l’égalité entre l’homme et la femme.

 

Cette égalité, matrice centrale au cœur de l’Agenda 2063, irrigue de ses exigences désormais incontournables, toutes les activités que mène l’Union africaine. Dans cette logique, je me félicite de la décision de la Conférence de l’Union d’inclure dans l’architecture institutionnelle de l’Union, le poste de l’Envoyée spéciale Femme, Paix et Sécurité, en l’intégrant au Cabinet du président de la Commission de l’Union africaine comme structure permanente.

 

Bien avant cette importante mesure, c’est une panoplie d’instruments juridiques qui avait été adoptés par nos organes délibérants en faveur de la protection et de l’autonomisation de la femme. Je ne voudrais citer ici que le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme, plus connu sous le label de Protocole de Maputo ; et les déclarations qui l’accompagnent notamment la Déclaration solennelle sur l’égalité entre les hommes et les femmes en Afrique de 2004, de la politique de la parité au sein de la Commission de l’Union africaine de 2008, de la stratégie de l’Union africaine pour l’égalité Femme-Homme et de l’autonomisation des femmes au titre de la décennie 2018-2028.

 

Dans la dynamique de cette mouvance en faveur de la femme, la Commission de l’Union africaine se réjouit de lancer la feuille de route relative à la mise en œuvre de l’important thème adopté par la Conférence en février 2020 sur « l’inclusion financière et économique de la femme africaine ».

Je souhaite à toutes les femmes une bonne journée de la Femme africaine et j’invite par ailleurs tous les hommes à exercer à temps et à contretemps la masculinité positive en faveur des femmes.

Très bonne journée

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!