ECONOMIEINTERNATIONAL

Dymtro Kuleba exhorte les pays africains à faire pression sur la Russie

Le Ministre Ukrainien des Affaires étrangères vient de s’exprimer ce jeudi 23 juin 2022,  via une conférence de presse virtuelle en liaison avec l’antenne africaine communication du Département d’État américain. L’objectif de ce point de presse digital, était de donner des updates au sujet du volet exportations et blocus des ports ukrainiens liés à la guerre Russo-Ukrainienne. Le dirigeant ukrainien qui s’apprête à visiter certains pays africains, a précisé que 57 vaisseaux, navires de son pays sont bloqués par les forces militaires russes. Pas moins de 15.000 tonnes de céréales sont exportés dans le monde entier par l’Ukraine. Et leur plus grande Usine a fait l’objet d’attaques ciblées qui ont tout détruit.

 » Les mines installées en Mer Noire, dans les ports ne sont pas les réelles menaces à leur intégrité  » a précisé le Ministre des Affaires Étrangères. Le véritable problème est de savoir quand es ce que la Russie quittera le territoire, et ne fera pas d’attaques par le Port d’Odessa au risque de mettre à mal la survie économique de l’Ukraine et par ricochet les pays partenaires.

Devant l’Union Africaine, Volodymyr Zelensky avait poingte du doigt Moscou, lundi 20 juin, de « prendre en otage » le continent africain avec le blocus du port d’Odessa et de ses navires de marchandise censés convoyer le blé et l’huile de tournesol 🌻 ukrainien. La mer Noire est l’autre théâtre d’opérations de la guerre en Ukraine. Forte de sa supériorité navale, la Russie impose un blocus aux ports de la côte menaçant l’équilibre alimentaire mondial.

Lire aussi: [Guerre en Ukraine] Célestin Tawamba souhaite une rencontre d’urgence UE-UA

Grenier à blé de l’Europe, les exportations de l’Ukraine tournent au ralenti. Odessa, la principale « porte de sortie » des céréales ruthènes vers le reste du monde fonctionne au ralenti depuis le 24 février, date du début de l’invasion russe en Ukraine. Au cours d’une conférence de presse organisée à Kiev le 5 juin, le président Volodymyr Zelensky a alerté sur le danger d’un blocage prolongé et le risque d’une grave crise alimentaire à l’échelle mondiale. « Actuellement, entre 20 et 25 millions de tonnes de céréales sont bloquées et cet automne ce chiffre pourrait augmenter à 70 à 75 millions de tonnes », assure-t-il. Il est urgent pour l’Ukraine de vider les silos et permettre aux navires marchands arrimés à quai de prendre le large.

Lire aussi: Afrique : après la pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine augmente encore les risques sur le continent

Le Kremlin jouit d’une supériorité navale incontestée

Théâtre d’opération militaire à part entière depuis le premier jour de la guerre, Russes et Ukrainiens s’affrontent en mer Noire. « Capturée le 25 février, l’île des serpents située dans l’axe d’Odessa représente un point stratégique dans le contrôle du nord de la mer Noire », explique Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française aux Nations Unies. Face à une marine ukrainienne modeste, Moscou jouit d’une supériorité navale incontestée, la flotte de la mer noire a été renforcée avant le déclenchement des hostilités par des navires de la Baltique. « Historiquement, la Russie n’a jamais été une puissance navale d’importance mondiale.

 

Ce qui vient à l’esprit quand on évoque la marine russe, c’est 1905 et l’échec de l’Empire Russe face aux Japonais lors de la bataille de Tsushima », précise-t-il. Mais depuis plusieurs années, la Russie s’est montrée particulièrement active et volontariste « dans le développement de ses capacités militaires et dans le développement d’une industrie navale. »

 

La levée du blocus représente un enjeu crucial pour les pays dépendants aux céréales et aux oléagineux ukrainiens. En 2019, sur les 80 millions de tonnes récoltées en Ukraine, 54 millions avaient été exportées. Actuellement, le pays essaie tant bien que mal d’exporter de façon mineure ses produits par voie terrestre et par voies ferroviaires.

En ce qui concerne les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux et des blocus d’étudiants, le Ministre des Affaires étrangères a précisé qu’il a dû donner instructions aux gardes frontaliers ukrainiens de faire quitter en priorité les étudiants africains, aux premières semaines de la guerre.

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!