CULTURELIFE STYLE

[Chronique Musicale] « F1 »: Le Bouleversant Album de FUL!

Moins d’un an après le succès de son EP « Spirale Infernale », Fulbert dit FUL, est de retour avec son tout premier album. Comme le premier extrait « Entre Nous » en feat avec Locko l’avait laissé supposer, cet album est bien plus introspectif et panaché. Analyse d’un projet musical en 360 degrés. 

La première chanson « Entre Nous », est une très bonne introduction à ce nouvel univers proposé par FUL. Déroutant et inattendu, le titre nous conduit tout droit vers une atmosphère Makossa et des variétés afropop, avec une légère utilisation de synthé. L’excellent mixage en stéréo des percussions garantit une immersion immédiate tandis que l’utilisation de la guitare sur la fin du morceau vient ajouter une texture sonore supplémentaire. On aurait juste aimé que ce passage de guitare soit plus long ! Le choix d’absence de chœurs en arrière plan dynamise bien le morceau et l’idée est réutilisée sur d’autres plages.

Lire aussi: [F1 de FUL] L’Incroyable expérience musicale en 4 roues!

Cette approche musicale à base d’instruments à corde et à vent (Piano & Guitare) est le véritable fil conducteur de cette nouvelle ère avec des titres comme « Touché dans le Cœur » ou encore « Amina » en collaboration avec Cysoul, dont le refrain en fera sûrement un second single pourquoi pas. Bien évidement « Entre Nous » était un excellent choix en tant que première sortie. Outre son immense succès et son statut de tube, le featuring illustre parfaitement l’ambiance de « FUL SOUL & TEMPO » bien que son tempo soit l’un des plus enivrant. « Hypocrite » est également une des grandes réussites avec une basse extrêmement groovy aux cotés de TENOR qui rappelle Loose Yourself to Dance des Daft Punk, avec cette fenêtre Rap.

« Painkiller » en featuring avec MAGASCO, est dessiné pop-rock, RnB et rythmé que ses précédents titres de Spirale Infernale, qui bénéficient d’un capital attraction. « Can’t Save Myself » et « Better » sont sans doute les deux titres les plus éclectiques de son album avec des constructions similaires en langue anglaise. Un début quasi acoustique et très calme puis un crescendo plus ou moins long aboutissant à une explosion de percussions et de synthé.

Lire aussi dans le même sujet: [Musique] FUL au rythme de son tout premier Album!

Mise à part les synthés, l’autre aspect qui dirige l’album est une forme de mélancolie, à la fois sincère et maîtrisée. Avec la collaboration en production exécutive des artistes SANGO EDI & OKEN.

Généralement ces titres sont volontairement plus simples et minimalistes afin de montrer la vulnérabilité de FUL mais aussi de créer une proximité avec l’auditeur. Cette récurrence de titres plus calmes engendre des similitudes dans la palette sonore notamment entre « Plus que Jamais » (en feat avec Sandrine Nnanga) ou « Spirale Infernale » (avec Lydol). « F1 » est un ensemble de tubes facilement dissociables, qui fonctionne véritablement comme un tout. Parfois confus, il nécessite plusieurs écoutes pour en distinguer clairement les nuances notamment en Amapiano sur « Let Me In ».

 

FULBERT a fait le choix de faire l’album qu’il avait envie de faire et non celui que l’on attendait de lui. Bien que ce soit déconcertant, et positivement bouleversant, on ne peut que respecter ce choix et même se réjouir de cette liberté créative. Certes l’album est plus vivant, entraînant que les précédents, mais il reste tout aussi riche musicalement. Il n’est simplement pas comparable car il évolue dans plusieurs régistres. Dans un monde ou tout va toujours plus vite, F1 est un album introspectif qui nécessite de lui accorder de son temps afin de se forger son propre avis. Il a d’ailleurs eu le meilleur démarrage sur Boomplay, avec au moins 200.000 écoutes, avant sa mise en ligne sur les autres plateformes.

 

Le plus grand paradoxe vient du fait que F1 est un album solaire sorti au coeur d’un climat versatile. Il s’écoute encore mieux sous un plaid avec une tasse de thé, un livre ou une bonne ambiance en écouteurs..

 

La voix de FUL y est d’une magnifique précision. Sachant habilement naviguer dans le spectre des émotions, son timbre est parfaitement mis en exergue par des compositions aussi puissantes et légères. Doté d’une orchestration riche, entre piano, et instruments à vent, le voyage vers les vertes terres est instantané.

 

Passant du registre soul à des ambiance blues plus feutrées et chaudes tout au long de l’album, FUL s’adapte parfaitement.  Le Vice-champion de The Voice Afrique Francophone en 2018, apporte l’excellence de sa plume sur chacun des titres, et la richesse des harmonies est un écrin de velours pour cette série de morceaux qui, en traitant d’amour triste, offrent une bande son estivale parfaite pour les douces soirées sous nos ciels étoilés.

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!