ECONOMIE

[Exportation illégale du Bois] Le Cameroun a perdu 34 Milliards de FCFA en 4 ans

L’information est consignée dans un rapport officiel du Centre camerounais pour l’environnement et le Développement (CED), et l’Agence Américaine d’investigation environnementale. Le dit document renseigne que le Cameroun a perdu pas moins de 58 millions de dollars US de l’exportation illégale de son bois, par un groupe de sociétés vietnamiennes installées dans le pays entre 2016 et 2020. Les essences les plus convoitées sont le Tali et le Doussié qui représentent 3/4 des dits mouvements illégaux.

Le Vietnam est devenu une destination importante pour le bois camerounais, en particulier les grumes. En 2017 et 2018, la valeur moyenne des exportations du pays était de 21 % de tout le bois exporté hors du Cameroun. La demande accrue des Vietnamiens et celle des Chinois pour les grumes du Cameroun, en particulier, le tali et le doussié, a contribué à un grand changement du profil des exportations du Cameroun. Ce changement a ramené le pays à son statut d’exportateur de matières premières d’il y a vingt ans.

Le doussié (Afzelia pachyloba) une essence classée vulnérable sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), encore connue sous le nom de « pachy » ou « pachyloba » par les négociants vietnamiens fait également l’objet d’un commerce massif entre le bassin du Congo et le Vietnam.

Le Doussié et le Tali représentent environ trois quarts du volume et de la valeur de toutes les exportations du Cameroun vers le Vietnam (72% en termes de volume et 76% en termes de valeur). On dénombre 19 sociétés vietnamiennes de commerce de bois opérant actuellement au Cameroun. Ces sociétés sont les principaux opérateurs à l’origine de l’essor du commerce du bois entre le Cameroun et le Vietnam. Elles se trouvent, en majorité, aux alentours du port de Douala, pour des raisons logistiques. Une société vietnamienne typique de premier rang établie au Cameroun exporte généralement un minimum de 2 500 grumes par mois, soit un total de 30 000 à 40 000 mètres cubes de grumes commercialisées en moyenne par an. Selon les estimations d’EIA, 132 000 m3 de grumes, au minimum, ont été exportés du Cameroun vers le Vietnam en violation de l’interdiction partielle d’exportation de grumes entre janvier 2016 et juillet 2020.

Exportation illégale du Bois de sillage

Les essences qui font l’objet d’une interdiction d’exportation sous forme de grumes doivent être transformées au Cameroun. Selon la réglementation en vigueur, les produits de bois de sciage exportés hors du Cameroun ne peuvent pas dépasser 15 cm d’épaisseur. Les Vietnamiens [au Cameroun] scient surtout le bois d’une épaisseur supérieure à 25 cm (environ la dimension d’un cadre de porte) parce que pour les Asiatiques, plus l’épaisseur est importante, plus la valeur est élevée.

Selon ces multiples entrepreneurs vietnamiens, le respect de la taille réglementaire en exportant des planches traditionnelles de « quatre par six » (quatre pouces d’épaisseur par six pouces de largeur) ralentirait considérablement leurs activités et les conduirait inévitablement à la faillite. Tandis que l’expédition de grumes surdimensionnées permet à leurs sociétés d’expédier des volumes massifs dans des délais très courts.

 

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!