INTERNATIONALPOLITIQUE

[Royaume-Uni] Roman Abramovitch, propriétaire de Chelsea, aux mains “couvertes de sang”

Le milliardaire russe a été sanctionné jeudi 10 mars par le gouvernement britannique pour sa proximité supposée avec Vladimir Poutine. Ses avoirs sont gelés et l’avenir de son club de football, champion d’Europe en titre, s’inscrit en pointillé.

 

La chute du milliardaire russe le plus connu du Royaume-Uni. Roman Abramovitch, propriétaire du club de football de Chelsea depuis dix-neuf ans, a été placé jeudi 10 mars sur la liste des individus sanctionnés par le gouvernement britannique, au côté de six autres oligarques. Tous ont “du sang sur les mains”, assène le quotidien i en une, vendredi 11 mars, reprenant le terme employé par les autorités.

 

D’après le ministère des Affaires étrangères, Abramovitch entretient depuis des décennies une relation privilégiée avec le président russe, Vladimir Poutine. Surtout, le discret businessman aurait participé à la “remise en cause de la souveraineté de l’Ukraine à travers l’entreprise de sidérurgie Evraz, qu’il contrôle et qui aurait fourni des matériaux à l’armée russe”.

 

À ce jour, l’homme de 55 ans, dont la fortune est évaluée à 12 milliards d’euros, n’a toujours pas condamné l’invasion lancée par Moscou le 24 février dernier.

 

Conséquence de cette posture, l’intégralité des avoirs d’Abramovitch sur le sol britannique a été gelée. Toute transaction financière lui est également interdite. Le produit de la mise en vente du club de Chelsea, annoncée à la hâte le 2 mars dernier par Abramovitch – probablement dans le but de se soustraire à d’éventuelles sanctions –, “sera donc gelé ou reversé à une fondation”.

 

“Les fans ont fait l’autruche”

Le champion d’Europe en titre “n’est plus autorisé non plus à vendre des billets pour ses matchs, mais il peut continuer à disputer les rencontres de championnat en vertu d’une licence spéciale délivrée par le gouvernement”. Le futur du club, implanté dans le quartier londonien huppé de Hammersmith et Fulham, s’inscrit désormais en pointillé. Un désastre, affirme le journaliste John Simpson dans le journal.

 

Au moment de son arrivée à la tête du club, Roman Abramovitch symbolisait l’influence grandissante de l’argent russe au Royaume-Uni. Ces dernières semaines, Londres, baptisée parfois ironiquement “Londongrad”, tente d’inverser la vapeur en multipliant les annonces fortes.

Lire aussi: Nathalie Yamb: « Les deux pays à l’origine de la 2e guerre mondiale, l’Allemagne et le Japon, profitent de la crise en Ukraine pour se réarmer »

Abramovitch lui-même se trouvait dans le viseur du gouvernement depuis plusieurs années, en raison de ses liens supposés avec Vladimir Poutine. L’invasion de l’Ukraine a conforté les autorités britanniques quant aux soupçons qui planaient sur l’oligarque. Et servi de déclencheur à la mise en place de “sanctions exceptionnellement sévères”

Lire aussi: Tournoi international de boxe : Le chemin pour la compétition de Russie s’arrête à Dubai

Source: courrier international

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!