ECONOMIESPORT

[Complexe Sportif d’Olembé] Des personnels sous-traitants interpellés

Complexe sportif d’Olembe

 

Des sous-traitants interpellés

 

Par Joseph OLINGA N.

 

Interpellations ce jour des sous-traitants de l’entreprise Magil au Complexe sportif d’Olembe. La quinzaine de responsables des PME de droit camerounais ont été interpellés par le commissariat numéro 1 de la ville de Yaoundé. Ils revendiquent le paiement de leurs factures a l’entreprise franco-canadienne. Les responsables des PME de droit camerounais présentent des ardoises impayées datant de prêt d’un an.

Lire aussi: Complexe d’Olembe: L’Honorable Nintcheu demande des comptes au SG de la Présidence

Des sources proches du dossier indique l’entreprise Magil a déjà perçu 42 milliards de la Task force. Le contrat avec l’Etat camerounais prévoit que Magil perçoit 27 milliards pour la première phase des travaux. Travaux qui comportent la livraison du stade principal, des deux stades annexes ainsi que l’hôtel, le centre commercial, les musées et les salles de cinéma logés au sous-sol du stade principal.

Lire aussi: [Complexe sportif d’Olembé] Le démarrage des opérations de recettes techniques programmé

Seuls le stade principal et les deux annexes ont été livrés. Des techniciens proches du chantier indiquent que les travaux effectués au Complexe sportif d’Olembe représentent environ 40 pour cent du Complexe dédié au chef de l’État, Paul Biya. L’entreprise exige du Minsep le déblocage d’un paiement de 12 milliards ordonné par la Task force. Le paiement à polémiques est bloqué par le ministre des sports et l’éducation physique (Minsep) qui exige les justificatifs liés aux paiements antérieurs.

 

L’entreprise franco-canadienne indique que les sous-traitants du Complexe sportif d’Olembe sont sous la responsabilité de l’Etat camerounais. Les contrats présentés par les entreprises camerounaises les lient à l’entreprise Magil. En l’état actuel, il reste un milliard destiné à la construction de la deuxième phase du Complexe d’Olembe alors que 60 pour cent des travaux restent à faire pour livrer l’infrastructure qui a déjà coûté plus de 200 milliards de Francs CFA.

Par Joseph Olinga N.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!