SOCIETE

[TRANSPLANTATION RÉNALE AU CAMEROUN ] : UN PARI RÉUSSI PAR L’ÉQUIPE CHIRURGICALE DU PR VINCENT DE PAUL DJIENTCHEU

Grande première réussie Le rein de Yves Balogog, 33 ans, a été prélevé et greffé chez son frère aîné hier à l’Hôpital général de Yaoundé. Bertrand Balogog, 34 ans, souffrait d’une insuffisance rénale chronique.Deux interventions chirurgicales inédites et pas des moindres.

La première transplantation rénale de l’histoire du Cameroun a eu lieu à l’Hôpital général de Yaoundé. Les frères Balogog ont été opérés. Yves, 33 ans, a décidé d’offrir un de ses deux reins à son frère aîné, Bertrand, 34 ans. Ce dernier souffrait d’insuffisance rénale chronique depuis l’âge de 23 ans et était contraint aux séances de dialyse depuis 11 ans. Fatigué de voir son frère « souffrir », le cadet s’est engagé à le soulager. Touché par ce degré d’amour fraternel, l’hôpital, sous l’impulsion de son directeur général, le Pr. Vincent de Paul Djientcheu a pris la question à bras le corps. Après des analyses et vérifications ayant trait à la compatibilité de l’organe partant d’un organisme à un autre, l’opération a eu lieu hier.

D’après le Pr. Thierry Berney, chirurgien de transplantation venu des Hôpitaux universitaires de Genève, les deux interventions se sont très bien passées. Comme un seul homme, l’équipe médicale, composée entre autres, de néphrologues camerounais, a effectué deux opérations en même temps. Le prélèvement du rein chez le donneur et sa transplantation chez le receveur. « La première opération a commencé vers 9h30 et la seconde s’est terminée vers 16h. Tout s’est bien passé, nous avons travaillé de façon minutieuse. C’était un travail d’équipe. Nous sommes satisfaits du résultat », a-t-il expliqué.

Après le bloc, les patients ont été conduits en soins intensifs. Et d’après les chirurgiens, tous les deux allaient très bien. Aucune complication notée pour l’instant. Dans l’hypothèse que l’organe transplanté fonctionne bien, une vie normale attend l’ancien malade d’insuffisance rénale. « Quand la greffe de rein fonctionne bien, le patient n’a plus besoin de séances de dialyse. Une transplantation rénale améliore la qualité et l’espérance de vie. C’est quelque chose qui devrait être rendue possible pour toute personne en insuffisance rénale », ajoute le Pr. Thierry Berney.
Cette opération n’est certainement pas la dernière à l’Hôpital général de Yaoundé. Cette formation sanitaire encadrant plus de 200 personnes souffrant d’insuffisance rénale, pourrait en effectuer d’autres si des proches se manifestent.

 

Par Elise ZIEMINE NGOUMOU 11 Nov. 2021 pour Cameroon Tribune

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!