AMA

Les acteurs des médias numériques en Afrique « pèsent plus lourd que leur poids » et ont un impact sur la société avec des budgets très limités, malgré les menaces constantes

  • Un rapport basé sur des entretiens avec 200 médias numériques natifs d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est, fournit des enseignements clés sur un secteur en pleine croissance. 
  • Plus de 85 % des médias africains interrogés ont contribué à des “changements politiques et sociétaux significatifs” ; plus de la moitié ont remporté des prix de journalisme.  
  • Mais plus de la moitié sont victimes d’attaques et de menaces en ligne.

NAIROBI, Kenya, le 8 Novembre 2021 -/African Media Agency(AMA)/- Un nouveau rapport mondial révèle aujourd’hui que les acteurs des médias numériques innovent dans le journalisme et ont un impact significatif sur leurs sociétés, malgré des budgets souvent minimes et des menaces et attaques en ligne constantes. 

Le rapport Inflection Point International, publié par SembraMedia, une organisation à but non lucratif qui soutient les journalistes professionnels, en partenariat avec l’organisation philanthropique Mondiale Luminate, a réalisé plus de 200 entretiens au niveau mondial et a interrogé 49 organisations indépendantes de médias numériques natifs d’Afrique, spécialement du Ghana, du Kenya, du Nigeria et d’Afrique du Sud. 

Les chercheurs ont constaté que plus de 85% des médias interrogés avaient contribué à des changements politiques et sociétaux significatifs, dans un rapport qui intervient un mois à peine après l’attribution du prix Nobel de la paix aux journalistes Maria Ressa et Dmitry Muratov pour leur action en faveur de la liberté d’expression et du respect de la démocratie.

Dans le même ordre d’idées, les professionnels africains des médias ont déclaré avoir obtenu, grâce à leurs articles, un engagement civique, des enquêtes criminelles et des changements dans la législation. Près de la moitié d’entre eux ont déclaré être engagés dans une forme de journalisme de solutions – contre 15 % en Asie – citant le reportage de solutions et le journalisme d’investigation comme des facteurs clés pour obtenir des changements sociaux.
« Ce rapport met en lumière une nouvelle génération de professionnels de médias assez créatifs et courageux qui élaborent des solutions aux défis sociaux et économiques de l’Afrique et renforcent les rouages de la démocratie et les questions de gouvernance », a déclaré Abdul Noormohamed, directeur Afrique de Luminate. 

Le rapport révèle que 57% des rédactions numériques africaines interrogées ont remporté des prix nationaux et 28% des prix internationaux en reconnaissance de leur travail. Toutefois, elles l’ont fait en dépit d’un harcèlement constant, plus d’un tiers d’entre elles faisant état de cyberattaques sur leurs plateformes d’information. 

Certains professionnels ont également fait état d’un certain degré d’autocensure, en évitant les histoires qui pourraient donner lieu à des poursuites judiciaires, parce qu’ils n’avaient pas les moyens d’engager des avocats pour se défendre. Les médias du Nigéria et du Ghana ont fait état d’une incidence nettement plus élevée de poursuites et d’attaques en justice que les organisations médiatiques interrogées dans d’autres pays. Pourtant, la plupart des professionnels semblent avoir survécu à l’impact de la pandémie de Covid-19. 

« S’il existe des différences entre les trois régions, ce qui nous a le plus frappés en examinant les données, ce sont les similitudes qui sont apparues entre ces organismes de presse qui s’efforcent de couvrir leurs communautés et de construire des modèles économiques durables », a déclaré Janine Warner, cofondatrice de SembraMedia.  Certains de ces médias étaient des sites d’information bien établis, comme le Daily Maverick en Afrique du Sud, mais beaucoup étaient beaucoup plus petits, 60% des médias interrogés dans le monde ayant des revenus inférieurs à 50 000 dollars américains. 

Dans l’ensemble, les médias numériques africains ont déclaré des niveaux de revenus publicitaires plus élevés que les médias numériques d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est, la publicité contribuant à environ 29% des revenus des médias africains en 2019, pour tomber à 26% en 2020. Il a également été constaté que les médias numériques de premier plan du continent gagnaient davantage pour des audiences plus faibles – évaluées en termes de pages vues – que les médias équivalents d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est. 

Toutefois, certains professionnels africains sont ceux dont les données financières sont les plus limitées, la moitié d’entre eux étant incapables d’identifier leurs revenus totaux ou leurs sources de revenus. Ceux qui ont partagé des détails financiers bénéficiaient également d’une proportion de subventions plus faible que les médias numériques ailleurs, soit 16% des revenus en 2019. Cependant, pendant la pandémie de Covid-19, les subventions aux médias africains ont augmenté, pour représenter plus de 19% des revenus en 2020.

Stephen King de Luminate a déclaré : « Ce rapport démontre le rôle vital que jouent les subventions pour soutenir les organisations de médias numériques dans ce moment charnière de changement. Il ne s’agit pas d’un financement sans fin – il s’agit d’aider une nouvelle génération dynamique de professionnels des médias à faire évoluer leurs modèles économiques afin qu’ils puissent construire des voies vers la durabilité tout en continuant à offrir un service de journalisme important dans l’intérêt du public ».

Les chercheurs ont également examiné la structure du personnel des médias et ont constaté que ceux qui employaient un membre du personnel pour générer des revenus gagnaient six à neuf fois plus de revenus en 2019 que ceux qui ne le faisaient pas. De même, les médias ayant un responsable dédié à la technologie ou à l’innovation ont déclaré des revenus trois fois plus élevés.

Toutefois, dans le numérique, les femmes sont moins nombreuses en Afrique (13%) que dans les autres régions, et 32% des fondateurs des entreprises étudiées dans le monde sont des femmes. Mais cette proportion représentait tout de même un rôle bien plus important pour les femmes dans la détention des médias numériques par rapport aux médias traditionnels, où la détention par des femmes ne dépasse pas un pour cent.

Distributed byAfrican Media Agencyon behalf of SembraMedia & Luminate.

Note aux Editeurs:
Vous trouverez le rapport complet en français ICI.

A propos de SembraMedia
La mission de SembraMedia est de favoriser l’émergence de diverses voix dans les médias afin de publier des nouvelles et des informations en toute indépendance, avec une intégrité journalistique et un impact positif sur les communautés qu’ils servent. Nous aidons les entrepreneurs des médias numériques à créer des organismes de presse indépendants et plus durables en leur proposant des formations commerciales et techniques, des informations sur le marché, des opportunités de mise en réseau, des conseils spécialisés et un soutien financier direct. Notre travail est mené par une équipe internationale de journalistes, d’entrepreneurs, de consultants et d’universitaires ayant une connaissance approfondie des marchés politiques, économiques et médiatiques mondiaux. Nous sommes guidés et soutenus par un conseil consultatif éminent dont les membres apportent leur expertise en tant que journalistes, dirigeants de médias, professeurs et consultants. Pour en savoir plus, veuillez consulter Sembramedia.org.

A propos de Luminate
Luminate est une organisation philanthropique mondiale dont l’objectif est de donner aux populations et aux institutions les moyens de travailler ensemble pour construire des sociétés justes et équitables. Nous soutenons des organisations et des entrepreneurs innovants et courageux dans le monde entier, et nous plaidons pour les politiques et les actions qui conduiront au changement à travers quatre domaines d’impact : Autonomisation civique, Données et droits numériques, Transparence financière, et Médias indépendants. Nous travaillons avec nos partenaires pour faire en sorte que chacun ait la possibilité de participer et de façonner les questions qui affectent leurs sociétés, et pour que les personnes en position de pouvoir soient plus réactives et responsables. Luminate a été créée en 2018 par les philanthropes Pierre et Pam Omidyar. L’organisation a été fondée par le groupe Omidyar. www.luminategroup.com

Contacts media:

SembraMedia
Janine Warner, co-fondatrice
janine@sembramedia.org

Luminate
Nafi Diouf, Directrice de la communication
ndiouf@luminategroup.com

Weber Shandwick
Stephanie Mithika
Email: smithika@webershandwick.com
Tel: +254 115134834 

Source : African Media Agency (AMA)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!