ECONOMIE

[OPINION : le Pr Jean Emmanuel Pondi ‘’dire que l’Afrique est pauvre relève de la provocation’’]

C’est un universitaire internationaliste de haute facture qui était le 22 octobre 2021 face aux étudiants de l’Institut panafricain pour le développement Afrique centrale (IPD-AC) à Douala.

De cette rencontre, une ouverture d’esprit grandeur nature, et une invite à la jeunesse à se ressaisir afin de prendre en main le continent. «   Le système éducatif que nous avons part du principe que l’Afrique est pauvre, ce que je conteste bien sûr. Je ne pense pas que nous soyons pauvres. Je pense que l’Afrique a beaucoup de ressources mais qu’il faut transformer en richesse. Cela veut dire que ces ressources sont pour le bénéfice des populations africaines d’abord. En ce moment-là ça devient des richesses. C’est le challenge que nous avons aujourd’hui, de s’assurer que l’immense palette de ressources dont nous disposons est utilisée d’abord pour le bien être des africains qui en sont les possesseurs », indique l’enseignant aux productions livresques innombrables.
Il est courant d’entendre que le continent est « pauvre » et qu’il faille l’aider à se développer. À cette image, un recadrage. « Il y a quelque chose d’étrange à être en devenir pendant 60 ans. La plupart des autres civilisations des autres continents ont eu 10 ans, 20 ans maximum, 30 ans pour changer et prendre la destinée de leur propre vie, leur propre développement, leur propre futur. Allons-nous continuer à ne pas nous intéresser à la question ? Le développement ne s’emmène pas d’ailleurs, pour être reversé en Afrique. Il ne peut être qu’endogène mais il peut se fortifier par des expériences venues d’ailleurs. »

Selon cette figure emblématique des relations internationales, aucun pays au monde ne s’est développé grâce aux appuis et dons extérieurs, Seul, le travail, le management intérieur, la vision des chefs a donné des fruits.Le japon, la Chine en sont des exemples. Ce qu’il faut donc à l’Afrique, détentrice de 35 % de toutes les ressources naturelles du monde. C’est ici en effet que l’on trouve 20% des réserves mondiales d’uranium avec lequel l’on fabrique l’électricité nucléaire et la bombe atomique.

C’est en Afrique que se trouvent 85 % des réserves mondiales du phosphate, 78 % de diamant, 80 % du coltan  avec lequel on fabrique les téléphones cellulaires. Le continent porte 33 % de bauxite, 10 % de pétrole. « Avec tout cela, dire que l’Afrique est pauvre relève de la provocation selon moi, c’est un crime académique de continuer à l’enseigner », tranche l’ancien patron de l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric).
Parce que le système éducatif est inapproprié, que l’on a instauré de manière concomitante l’économie de guerre et celle de paix et parce que l’économie a été extravertie, emmenant le continent à cultiver ce qu’il ne consomme pas et en consommant ce qui vient d’ailleurs, alors, « on ne peut pas parler de développement en disant que nous ne sommes rien, nous ne pouvons rien, nous n’irons jamais nulle part. Si vous me montrez l’arbre qui pousse sans ses racines, alors je vous suivrai. Je pense qu’il faut absolument que nous revenions vers nous-mêmes, non pas pour nous enfermer dans un passé mythique beau et idyllique, ça n’a jamais existé, mais reprendre les valeurs essentielles de l’Afrique pour nous projeter dans le futur en nos propres termes et avec le respect que doit susciter la plus vieille civilisation au monde qu’est l’Afrique. » Le thème de la leçon inaugurale portait sur Peut-on être en voie de développement pendant 60 ans.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!