CULTURESOCIETE

[Littérature] Joël Ekindi Ngando donne les clés d’une carrière réussie dans son ouvrage « De l’École à l’Emploi »

Dans son premier essai de 129 pages, l’auteur ouvre la brèche sur les réalités quotidiennes du marché de l’emploi au Cameroun, et l’offre en termes de ressources humaines. L’écrivain pose les jalons d’un projet de carrière comme projet de vie, des bancs jusqu’au saint Graal professionnel, en énumérant quelques astuces à considérer pour une sortie de l’ombre réussie.

 

Le livre démarre par un constat frappant celui des bases en termes de difficultés scolaires. En page 19 & 20 de l’introduction, l’auteur réfute l’appellation « cours de répétition » et préfère « cours particuliers ». Cette dernière appellation cadre bien avec l’importance d’avoir des cours sur mesure, adaptés à la personne/l’élève plutôt que des cours répétitifs. D’emblée de jeu, il revient sur le parcours de certains jeunes diplômés: Vanessa qui fera des études en gestion d’entreprise après un sans faute scolaire, tombera finalement d’ouverture d’un salon de coiffure. Smith lui, sera découragé par les affres de la vie estudiantine et migrera de la Faculté de Sciences Économiques et de Gestion appliquées (FSEGA) pour celle des Sciences Juridiques et politiques puis terminera dans un cabinet d’huissier de justice puis finalement Entrepreuneur au regard des difficultés. Kelly par exemple, empruntera la voie de la Banque & Finances pour finir dans un Établissement bancaire de la place, mariée, mère et épanouie.

Lire aussi: [Prix Nobel de Littérature 2021] Le romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah grand vainqueur

Les exigences du marché du travail dans un monde compétitif

Ainsi, pour rester compétitive, l’entreprise doit suivre en permanence l’évolution de ses forces et faiblesses en comparaison de celles de ses concurrents. Tout repose à cet effet sur la pratique de certaines méthodes et sur les compétences humaines. La compétitivité reflète l’efficacité des efforts réalisés en matière de technologie, d’investissement, de gestion, d’innovation et de formation. Les entreprises qui ont su faire la différence vis-à-vis de la concurrence ont été celles qui disposaient : des meilleurs produits, des techniques et technologies de production les plus avancées, d’une solide assise financière et d’un management de qualité.

Lire aussi : [Littérature] Ndongar Théophile met en musique ses poèmes dans « Pour toi, Une lettre »

A cet effet, l’entreprise doit disposer de ressources humaines en quantité, mais surtout en qualité et de façon permanente ; d’où la nécessité de la gestion prévisionnelle et de la formation des travailleurs. A l’heure de la mondialisation et de la privatisation, toute entreprise qui a une vision stratégique à court, moyen ou long terme doit y avoir recourt. (Page 53 comprendre la philosophie des entreprises). Le livre met aussi en lumière les traits de pourcentage élevé pour les diplômés expérimentés contrairement aux jeunes diplômés.

Lire aussi : [Littérature] Sanassy M’bemba Camara convoque l’imaginaire dans « Les contes de mon grand-père »

Préparer sa carrière par sa recherche d’emploi, sont précédées d’outils préalables 

Dans la gestion moderne des ressources humaines, le développement des compétences se présente non pas comme la solution idoine, mais plutôt comme un moyen efficace d’une politique de redéploiement des effectifs, pour un rendement optimal. Il s’agit ici, non pas d’une innovation, mais plutôt d’une contribution à la nouvelle vision managériale des ressources humaines, par rapport au licenciement ou recrutement des agents plus qualifiés et par rapport à la réduction des salaires et compression des charges dont font souvent preuve les spécialistes du redressement des entreprises.

La formation se présente aujourd’hui comme l’arme secrète et puissante de toutes les entreprises modernes et ambitieuses qui, en plus des moyens financiers et matériels sophistiqués, veulent marquer la différence pour résister ou conquérir de nouveaux marchés.

La formation professionnelle au Cameroun est une activité récente et ne semble pas à l’instar de la France, bénéficier d’une réglementation rigoureuse. Elle est tout de même une réalité dans les entreprises camerounaises. La formation professionnelle génère et mobilise d’énormes coûts ; ce qui conduit certaines entreprises à ne pas s’en servir. Les entreprises doivent allouer une part de leurs budgets à cet effet : il s’agit du financement par les fonds propres de l’entreprise. Cependant, il arrive très souvent que ces fonds soient insignifiants ou insuffisants, d’où les financements et subventions extérieurs.

Dans le contexte de plus en plus compétitif de la globalisation, les consommateurs sont exigeants sur la qualité des biens et services. Le développement des compétences permettrait à l’entreprise de tendre à la réalisation de ses objectifs. En 6 parties bien définies, il donne aussi des astuces pereines comme la conception d’un Bon CV, les éléments vendeurs, l’étude des entreprises ciblées, les techniques de rédaction d’une lettre parfaite de motivation.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!