ECONOMIESOCIETE

[ECOBANK] La santé mentale en priorité

Le fardeau que font peser les maladies mentales sur la société est immense. La dépression touche 350 millions personnes et constitue la première cause d’invalidité dans le monde. Dans le cadre d’une journée consacrée à la santé mentale et la réponse au Covid19, Ecobank Cameroun (Membre du Groupe ECOBANK), l’OMS, le MINSANTÉ se sont associés le 27 Octobre 2021 à Yaoundé, pour une discussion de haut niveau axée sur la nécessité de mettre les troubles mentaux au centre des pourparlers.

L’objectif était de mobiliser les acteurs nationaux, les organisations multilatérales et bilatérales, le monde de l’entreprise, les professionnels de la santé et la société civile, pour favoriser une prise de conscience des besoins d’investissement urgents dans la santé mentale et le soutien psychosocial, et des retombées positives qui en résulteront. La Directrice Générale d’Ecobank Cameroun, Gwendoline Abunaw dans son propos liminaire a dressé la construction d’une telle problématique au sein de son entreprise, dans un contexte mondial marqué par la Covid19. La journée Ecobank est un évènement annuel, qui tient un thème spécifique chaque année et est commémorée depuis 2013 dans 33 pays africains.

Gwendoline Abunaw, DG ECOBANK CAMEROUN

Le Conseiller Technique N3 du Ministère de la santé publique, représentant du Dr Manaouda Malachie, Ministre empêché par des contraintes professionnelles, a tenu à souligner quelques points: Le secteur public camerounais ne suffit pas en termes de prise en charge de santé mentale au Cameroun; Il s’agit aussi d’une branche qui a tendance à être marginalisée et enfin les efforts du gouvernement camerounais notamment l’Hopital Jamot de Yaoundé, dont l’un de ses départements y dédiés a été récemment rénové.

Au Cameroun, les maladies mentales représentent un lourd fardeau pour les individus et les familles, car elles affaiblissent le tissu social. Elles sont de ce fait, une cause majeure de stigmatisation et de discrimination. Il devient donc urgent, de sensibiliser la communauté sur la santé mentale par la prévention et la prise en charge des maladies mentales.

La promotion de la santé mentale quant à elle, requiert un renforcement des capacités des personnels et acteurs, sans oublier les groupes d’appui sanitaires, associations et les églises.

Le Sociologue Armand LEKA(Chef de département sociologie UY1) est allé en profondeur dans l’analyse en convocant 3 segments à savoir: la santé, la sécurité, et l’éducation. Et que les troubles mentaux trouvent leurs causes quelque fois dans ces défaillances sociologiques. (Échanges de biens, échanges de signes, et manipulation politique). Après la partie protocolaire, le grand débat a eu lieu sous la modération de Romuald NGOCK, Journaliste en service à la CRTV.

Dr Justine Laure MENGUENE( Sous Directrice de la santé mentale au MINSANTÉ) par ailleurs responsable de l’Unité de prise en charge psychologique des patients au CURY dans le cadre de la riposte Covid19 & Michel Réné NDJAB (OMS, Psychologue social clinicien) ont posé les bases de la santé mentale en plein Covid19. La pandémie de la Covid-19 a eu une progression rapide dans le monde. Au Cameroun, la faiblesse des dispositifs de détection et de prise en charge, associée aux prévisions pessimistes de l’ONU et de l’OMS sur l’impact de la pandémie en Afrique, était susceptible d’augmenter son retentissement psychopathologique.

Alors que la pandémie de coronavirus se propage rapidement dans le monde entier, elle suscite un degré considérable de crainte, d’inquiétude et de préoccupation dans la population en général et chez certains groupes en particulier, comme les personnes âgées, les prestataires de soins et les personnes souffrant d’affections préexistantes.

En termes de santé mentale publique, le principal impact psychologique à ce jour est un taux élevé de stress ou d’anxiété. Mais avec la prise de nouvelles mesures et l’émergence de nouveaux impacts en particulier la quarantaine et ses effets sur les activités normales, les habitudes ou les moyens de subsistance de nombreuses personnes  les niveaux de solitude, de dépression, de consommation nocive d’alcool, d’usage de drogues, et de comportements auto-agressifs ou suicidaires devraient également augmenter.

Désormais, chez les populations déjà fortement touchées, les questions d’accès et de continuité des services pour les personnes présentant ou développant des troubles mentaux constituent aussi une préoccupation majeure, au même titre que la santé mentale et le bien-être des agents de santé de première ligne.

Françoise MBONDJO MBONJO Directrice des Ressources Humaines Ecobank Cameroun, a listé des mesures que prend l’entreprise dans ce sillage à savoir: L’Open Policy (Les employés parlent à cœur ouvert de leurs préoccupations), le Breakfast Meeting/MDI avec la Directrice Générale, des conseils équilibre vie privée-vie professionnelle, la Revue des Talents (Annuelle), la pratique du sport (abonnement exercices physiques dans des établissements partenaires).

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!