POLITIQUESOCIETE

[Alerte contre les médicaments falsifiés] Le faux « Ngul Be Tara » en circulation

Il avait fait objet d’homologation au mois de Septembre 2021 par les pouvoirs publics camerounais notamment le MINSANTÉ et même au Nigéria de prime, le « Ngul Be Tara » destiné à enrayer le Covid19 dans le pays, et au delà de nos frontières. Un réseau de ce précieux sésame sanitaire traditionnel a été identifié à Bafoussam notamment, pour réveiller la vigilance des consommateurs et malades de la pandémie contre l’achat de ces substances falsifiées, qui mettent en danger la vie.

D’après la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les produits sanitaires falsifiés sont constitués de produits ne renfermant aucun principe actif, de produits ayant un principe actif autre que celui qu’il faut, et de produit présentant un principe actif correct mais à un dosage erroné. « On trouve également dans ces produits de l’amidon de maïs, de pomme de terre ou de la craie », ajoute l’organisation.

Le Ngul Be Tara, fer de lance traditionnel anti Covid19

Dans une correspondance datée du 30 septembre 2021, adressée au Dr Marlyse Peyou, Responsable du Consortium RIRCO, le Ministre camerounais de la santé publique,Dr Manaouda Malachie informe la brillante scientifique camerounaise acclamée il y a quelques semaines au Nigéria que le « Kit Ngul Be Tara, Netko, Binther et Immunoboost », « a été homologué et autorisé à être mis sur le marché pour une durée de 5 ans. »

Le vrai Ngul Be Tara se présente sous ces formes en commercialisation

Homologué au mois de juillet 2021 par le Nigéria, le traitement contre la Covid-19 mis sur pied par la Camerounaise Dr Marlyse Peyou Ndi Samba, est enfin homologué et autorisé sur le marché camerounais.

Cette décision des autorités sanitaires du Cameroun arrivait deux semaines seulement après que la brillante scientifique ait été reçue avec triomphe au Nigéria où elle vient de mettre à jour avec des partenaires locaux, un laboratoire de fabrication des produits pour le traitement contre la covid-19 .

L’annonce par la presse,de l’ouverture à Abuja au Nigéria, d’un laboratoire de fabrication de “Ngul BE TARA” et où la manu facturation sera faite surplace, n’a pas laissé indifférent les autorités sanitaires du Cameroun qui avaient par le passé porté de doutes sur l’efficacité de cette opportunité inespérée qu’offre Dr Marlyse PEYOU Ndi Samba, Biochimiste, Expert de la Santé Publique, Enseignante à la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales à l’Université de Yaoundé I au Cameroun, et Directrice de RIRCO (Reece International Research Consortium).

Image du faux Ngul Be Tara en circulation au sein de marchés noirs

Pour la professionnelle, cela soigne le Covid-19 et de nombreuses personnes auraient déjà eu à bénéficier de ce traitement qui n’est pas inconnu au Cameroun et dont les administrations en raffolent. Il s’agit d’une panoplie de Kimoléine naturelle (Kinkeliba, Moringa, Huile d’Argan…) qui sont moins toxiques que l’hydro chloroquine et la Chloroquine”; avait expliqué le Dr Marlyse Peyou.

Lire aussi: [Lutte contre la Covid19] Le Gouvernement donne son feu vert pour la mise sur le marché du Ngul Be Tara

Lutte du gouvernement contre les médicaments illicites 

Au cours du point de presse donné le mardi 12 octobre 2021 à l’occasion de la Journée africaine de la lutte contre le faux médicament, le Dr. MANAOUDA Malachie avait présenté l’ampleur du phénomène et ses répercussions sur la santé des populations avant d’inviter ces dernières à s’investir activement dans la croisade contre les médicaments illicites.

 

A travers une formule de mise en situation, le Ministre de la Santé Publique avait souligné d’entrée de jeu que le fléau des faux médicaments est l’un des défis majeurs de notre génération, car ils contribuent à l’explosion des cas des maladies mal soignées en raison, précise-t-il : « de l’utilisation des médicaments sous dosés, sans principe actif ou contenant de faux principes actifs ».Il va par la suite s’attarder sur les multiples visages que revêtent la contrefaçon et le trafic des produits pharmaceutiques au Cameroun. Indiquant qu’il s’agit des médicaments distribués en gros ou au détail par des personnes (physiques ou morales) non habilitées, vendus dans la rue, importées de manière frauduleuse. Des médicaments fabriqués dans des unités de production non autorisées, reconditionnés avec de fausses étiquettes, recyclés, mais aussi des médicaments dont les dates de péremption sont falsifiées…

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!