SOCIETE

[Moeurs] Après le NCIGate, Neil Cruz Comédie parodie à son tour le viol!

« Donne pour moi ma part de fesses », « Pardon avant de me violer mon frère, utilise le préservatif. Si tu veux me violer pardon viole moi bien hein je ne veux pas la position du missionnaire, mais la position de l’hélicoptère, ne me gaspille pas le viol » peut-on entendre comme extrais, distinctement dans la vidéo diffusée le 9 septembre 2021 par le comédien camerounais Neil Cruz sur sa page Facebook officielle. Une parodie du viol alors qu’il y’a moins de 10 jours, créeait un scandale en Côte d’Ivoire sur une chaîne de grande écoute créée en 2019, la NCI. Une description humouristique du viol à un sens trouble, pour un contenu publicitaire destiné à un réseau social qui peut s’apparenter à une apologie du viol ou banaliser ce crime selon les lois en vigueur au Cameroun.

Lien de la vidéo Facebook incriminée

Condamnations et réactions outrées se multiplient depuis la diffusion ce 30 août, en direct et à une heure de grande écoute, sur la Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI), télévision privée créée en 2019, d’un épisode de l’émission de divertissement La Télé d’ici Vacances consacré au viol. En quelques heures, une pétition en ligne exigeant des sanctions exemplaires a recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures. Depuis, le présentateur du magazine, Yves de Mbella, a été condamné à 12 mois de prison avec sursis et à deux millions de FCFA d’amende (un peu plus de 3000 euros).

Lundi 30 août 2021, la Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI) diffuse un numéro de son émission de divertissement La Télé d’ici Vacances, consacré au viol et présenté par Yves de Mbella, qui a invité sur son plateau un homme dont il dit qu’il est « un ancien violeur repenti ». Objectif du présentateur et son équipe : sensibiliser contre le viol. Malheureusement, l’exercice est complètement raté et dès la fin de l’émission, les réseaux sociaux s’enflamment et les réactions se multiplient sur ce que beaucoup considèrent alors comme une apologie du viol.

 

Des condamnations pour « apologie du viol » et « atteinte à la pudeur »

Le lendemain 31 août, des associations telles que La Ligue ivoirienne des droits des femmes, portent plainte contre la chaîne NCI et son animateur, pour outrage public à la pudeur et apologie du viol. Et dès ce mercredi 1er septembre, Yves de Mbella et son invité sont entendus par la police, avant d’être déférés en comparution immédiate devant le Tribunal correctionnel d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne.

 

Le premier est condamné à douze mois de prison avec sursis et deux millions de FCFA d’amende (soit un peu plus de 3 000 euros), pour « apologie du viol » et « atteinte à la pudeur ». Il s’est aussi vu signifier l’interdiction de quitter Abidjan. Quant au second, qui avait déjà été condamné pour viol, coups et blessures, il écope de vingt-quatre mois de prison ferme et cinq cent mille FCFA d’amende (762 euros environ), pour les mêmes motifs. Son avocat a décidé de faire appel.

Au Cameroun que dit la loi sur le viol 

Le viol tout comme l’inceste et autres violences sexuelles sont des pratiques sévèrement punies par la loi. En effet, la législation camerounaise a tout prévu. Dans le code pénal, la loi n’accorde aucune concession aux auteurs de viol. Pire encore, si cette infraction est cumulée à l’inceste.

Dans l’article 296 du code pénal relatif au viol, la loi punit tout acte sexuel avec une personne (homme ou femme) sans son consentement avec des violences physiqueset/ou morales. Constaté, le délit est sanctionné d’une peine allant de 5 à 10 ans de prison.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!