CULTURELIFE STYLE

[Littérature] Ndongar Théophile met en musique ses poèmes dans « Pour toi, Une lettre »

Ndongar Théophile est un jeune auteur de la relève camerounaise. Il fut, en 2019 le lauréat de la quatrième édition du Concours littéraire National Jeune Auteur, ainsi que du Concours mensuel de Poésie de la Maison d’éditions Ifrikiya en 2020. Cette année, il a publié aux Éditions La Jeune Plume, son tout premier livre et fait le choix de la poésie en 49 pièces, étalées sur près de 90 pages.

Petite mise en contexte, j’ai eu l’occasion de rencontrer l’auteur de ce livre à un Talk au Musée National de Yaoundé au mois d’Août 2021 sur le patrimoine culturel. Je déambulais parmi les allées en compagnie d’autres confrères journalistes, et j’avais préalablement été appelé par un Aîné, Joseph Owona Ntsama, Historien, Chroniqueur Culturel et aguerri sur les questions culturelles.  Par la suite s’en est suivie une discussion d’où a débouché cette mise en devoir, que j’ai d’ailleurs accepté avec beaucoup de plaisir.

Je ne nommerai pas toutes les références, je veux vous laisser le plaisir de les découvrir vous-mêmes si jamais vous êtes intéressés par le livre. L’image de première de couverture est assez explicite mais trop en vue sur les moteurs de recherches web. Pas de travail de précision au niveau graphique pour accrocher véritablement le lecteur, si ce n’est une papier transformé en avion, comme dans notre enfance. Ce qui suppose deux tons: Un message venant d’un émetteur( qui est l’écrivain) et un récepteur qui est un inconnu ou si vous voulez, le public.

 

La simplicité de nos Jours

À certains moments dans le recueil, il y a des poèmes avec une forme intéressante et nouvelle pour moi, je dois l’admettre. C’était la première fois que je lisais des poèmes avec un aspect lyrique très ancré avec la musique. « Écritude » par exemple trottait avec « j’écris » de l’artiste slameur Grand Corps Malade x Zaho x Kery James.

« Je veux me noyer dans mon écritude, Celle qui chantera ma négritude, Embaumera toutes nos pourritures, et nous mènera vers les altitudes » En page 11 peut-on lire.

Des lignes écrites qu’on imagine avoir été dites par quelqu’un de proche, ce qui confère au recueil une très belle originalité à ce niveau-là. D’ailleurs, l’écrivain précise dans son préambule qu’il s’agit d’un cocktail d’émotions et de missive.

 

On peut lire un poème à la page 16 du recueil, où il y est écrit : « j’ai appris à affronter mes peurs, à observer la vie, à apprendre par cœur, à être brave, fort toujours à la hauteur », une tonalité très personnelle. Ça a un effet intéressant, on dirait que ça crée une simplicité dans la poésie, que ça rapproche le lecteur de la poésie, que ça déboulonne le préjugé selon lequel la poésie est un art abstrait et trop subjectif. À l’inverse, ça crée l’idée que la poésie n’est pas juste présente dans les recueils, mais partout autour de nous au quotidien.

Je dirai pour ma part que ce receuil est subdivisé en trois parties: L’Amour, (Poèmes « Lettre à mes parents », « Quand je t’aime », « Bécot », « Déclaration » qui apparaît en double dans l’ouvrage)  La condition humaine (« tombe », « Le ciel qui pleure », « Pauvre pêcheur » en trois tomes, « , « Mal être » entre autres)   et l’Espoir ( « Coucher de soleil », « L’attente », « Voyage », « Mon désir », « Crépuscule » notamment.

 

Entre écriture engagée et style soft

Dans ce recueil, les poèmes ont des titres forts évocateurs et pas longs du tout. Ça permet aux lecteurs de s’amuser un peu à trouver des liens entre les différents textes. On croit que ce ne sont pas les mêmes poèmes, parce qu’ils sont sur différentes pages, mais ce n’est pas le cas, et ça confère une belle unicité au livre.

Contrairement aux autres recueils de poésie qu’il m’a été donné de lire dans ma vie, les poèmes, dans ce livre, partent généralement du haut vers le bas. Ne me méprenez pas, les poèmes sont bel et bien donnés à lire de haut en bas, mais la mise en page fait en sorte que les poèmes sont, la majorité du temps, finis au bas de la page. Encore une fois, c’est un élément intéressant du recueil, comme si les poèmes créaient une ascension vers un endroit transcendant, plus haut, qui nous dépasse.

Certaines phrases reviennent peu quelques occasions dans le recueil, ou sinon pas du tout. « Donne moi ta main mon frère, Donne moi ta main ma soeur, Donne moi ta main inconnue »(Page 76)

La poésie, je dirais, est un art imagé parmi la littérature. Le principal défi lorsqu’on fait de la poésie, c’est d’écrire et de créer des images mentales originales, qui peuvent tout de même être comprises par les lecteurs dans une certaine mesure. Ce défi est bien réussi par l’auteur de « Pour toi Une lettre ». À certaines occasions dans le recueil, il y va d’images un peu sombres, mais bien ancrées dans le réalisme. Il y en a plusieurs qui ont retenu mon attention: « Plume à la main, encre de l’arme, je joins mes mots à mes pensées, mon intérieur fait grand vacarne » (page 78)

« Je ne sais plus qui je suis, j’ai l’impression d’être mort, tant de défaites, j’essuie, je me croyais fort » (Page 59)

Mariage entre poésie et musique: Quand 1+1 font trois!

Même séparées, la musique et la poésie sont sœurs : la poésie peut sonner comme musique, la musique peut évoquer de manière poétique. Leurs forces ne sont pourtant pas toujours égales : d’un poème sublime on peut tirer une musique moyenne. Je ne parle pas des poésies adaptées à la musique nécessairement. L’auteur lui même est un slameur. Toujours est il que dans ce receuil de 49 poèmes, l’aspect lyrique a été très accentué et dénature légèrement le sens premier qu’on aurait souhaité donner au public.

Lire aussi: [Littérature] Le Cameroun se raconte « Sous les cieux de notre mère-patrie »

Lire aussi: [Littérature] Jean Jacques Ayotta s’interroge sur la mort et la condition humaine dans « Les locataires du cimetière »

Lire aussi: [Littérature] Sanassy M’bemba Camara convoque l’imaginaire dans « Les contes de mon grand-père »

Afficher plus

Manfred Essome

Rédacteur En Chef du Journal en ligne www.lequatriemepouvoir.com, Critique d'Art Musical et Créateur de contenus camerounais depuis 2010.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!