SOCIETE

Education : Les frais d’APEE au Cameroun ; un véritable serpent de mer

En cette rentrée scolaire 2021/2022, la question des frais facultatifs de l’APEE sur le papier mais devenus obligatoires dans les faits est désormais sur la table de débat.

Suite à la récurrence des inquiétudes et des observations venant de tous les côtés au sujet de cet épineux problème, il est temps de prendre la chose au sérieux. D’une part, on s’indigne de l’imposition du paiement de ces frais dans des établissements de base et du secondaire publics avant celui relatif aux frais exigibles. D’autre part, les taux exorbitants des frais y afférents dont la gestion calamiteuse fait l’objet de beaucoup de grincements de dents.

Aujourd’hui comme hier, on peut relever avec amertume que les frais d’APEE pour la majorité des cas sont de gigantesques fonds de commerce des chefs d’établissements y compris le bureau de ladite association au mépris et au détriment des intérêts des établissements en question.
L’appétit venant en mangeant, l’accès au poste du président d’APEE est devenu la chasse gardée de certaines personnes.
De ce point de vue, une lumière devrait être faite afin d’extirper les microbes du fruit. Au cas contraire, les frais d’APEE pourraient devenir un obstacle sans rival à la scolarisation dans le système éducatif camerounais.

Par Denis Tiomela

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!