AMA

RDC : en Ituri, la peste bubonique fait un retour en force en raison de la pauvreté, du conflit et des déplacements (UNICEF)

L’UNICEF est de plus en plus préoccupé par l’impact d’une résurgence de la peste bubonique sur les enfants dans la province orientale de l’Ituri, en République démocratique du Congo (RDC).

NEW YORK, USA, le 24 Août 2021,-/African Media Agency (AMA)/-« Ce qui est vraiment inquiétant ici, c’est que nous avons des cas de peste signalés dans des zones qui n’avaient pas connu de cas depuis plus de 15 ans, et beaucoup plus de cas dans des zones où il y en avait très peu ou pas du tout auparavant », a déclaré la superviseure de terrain de la cellule d’analyse des sciences sociales (CASS) de l’UNICEF, Izzy Scott Moncrieff. 

Selon la dernière étude soutenue par l’UNICEF dans trois zones de santé de l’Ituri, les enfants sont particulièrement exposés au risque de contracter la peste, qui a fait un « retour en force » ces derniers mois pour la première fois en plus de dix ans « en raison de la combinaison de la pauvreté et de l’insécurité persistante » .

Les chiffres de cette étude montrent que pour les trois zones de santé de Biringi, Rethy et Aru, il y a eu 490 cas de peste entre 2020 et 2021, avec 20 décès. Sur la même période, 578 cas et 44 décès liés à la peste ont été recensés dans l’ensemble de la province de l’Ituri.

L’Ituri est l’un des rares endroits au monde – dont Madagascar et le Pérou – où des cas de cette maladie séculaire continuent d’être signalés, a fait valoir le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). 

Risque considérable de transmission transfrontalière

Aussi, cette dernière épidémie diffère des précédentes « car des cas de peste bubonique et de peste pneumonique hautement infectieuse – qui se transmet d’une personne à l’autre par voie aérienne – ont été signalés dans des zones précédemment exemptes de la maladie, près de la frontière avec le Soudan du Sud et l’Ouganda, à l’est de la province ». 

Les fréquents déplacements de population et l’insécurité dans la région créent un risque considérable de transmission transfrontalière, a signalé l’UNICEF.

Les épidémies de peste sont souvent attribuées aux mauvaises pratiques d’assainissement et d’hygiène qui attirent les rats porteurs de puces dans les villages à la recherche de nourriture, infectant ainsi les personnes dans leurs maisons. 

« Il y a de graves conséquences pour les enfants car ils sont plus exposés aux facteurs de risque de la peste », a ajouté Mme Scott Moncrieff.

Elle a expliqué que la peste est principalement transmise dans les zones rurales par les puces portées par les rats sauvages. Les rongeurs viennent dans les villages à la recherche de nourriture, ce qui permet aux puces d’infecter les animaux domestiques et le bétail avant que la maladie ne soit finalement transmise aux humains par les piqûres de puces.

Les familles les plus pauvres plus durement frappées

Selon l’UNICEF, la peste peut frapper particulièrement durement les familles les plus pauvres et celles qui sont vulnérables à des maladies comme le paludisme – n’ayant pas les moyens d’acheter des moustiquaires – sont particulièrement exposées. 

Yako Adhiku, 40 ans, vit dans une maison ronde en terre battue avec un toit de chaume dans la ville d’Aru. Elle a réalisé pour la première fois que sa fille de deux ans, Asizu, avait attrapé la peste lorsque les ganglions lymphatiques de son cou ont commencé à enfler. 

« Elle a également perdu l’appétit, a eu de la fièvre et ses gencives étaient très rouges », a déclaré Yako. 

Craignant que sa fille ne meure, elle l’a emmenée en toute hâte au centre de santé, où on lui a donné des comprimés, ainsi qu’à toute sa famille, au cas où elle aurait également été infectée. 

La peste se traite facilement avec des antibiotiques, qui sont disponibles dans la plupart des zones de santé de l’Ituri. Mais il est important de se faire soigner rapidement après avoir remarqué des symptômes qui sont d’autant plus difficiles à traiter que la maladie se propage dans l’organisme.

Yako a expliqué aux chercheurs qu’elle voyait souvent des rats courir autour de sa maison et qu’elle avait emprunté un chat pour essayer de les éloigner de chez elle. 

« L’existence même de la peste ici nous rend pauvres », a-t-elle indiqué. « Je dois m’occuper de mon enfant malade et je n’ai donc plus le temps d’aller dans les champs et de cultiver ». 

L’impossibilité de se protéger

Un rapport récemment publié par la CASS dans les trois zones de santé ciblées de la province d’Ituri a révélé que, bien que les communautés soient conscientes des facteurs aggravants qui augmentent leur exposition à la peste, la pauvreté, le conflit et le déplacement ont fait qu’elles ne sont pas en mesure de prendre des mesures pour se protéger et protéger leurs enfants. 

Le problème est exacerbé par :

  • Un manque de ressources, obligeant de nombreuses personnes sans lit à dormir sur le sol de leur maison, des pratiques funéraires dangereuses et une mauvaise élimination des déchets ;
  • Des personnes cherchant à se faire soigner par des méthodes traditionnelles plutôt que par des centres de santé reconnus ;
  • Le manque d’options sûres pour stocker la nourriture et le bétail – ce qui oblige les familles à garder les animaux et les récoltes dans leurs maisons pour éviter les vols plutôt que dans des bâtiments extérieurs ; 
  • Le changement climatique, la pauvreté et l’insécurité régionale, qui ont rendu les conditions sur le terrain plus propices à la propagation de diverses maladies dans une province où de nombreux groupes armés sont actifs et où des milliers de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays ; 
  • Les impacts plus larges de la Covid-19, qui ont laissé les familles plus pauvres et moins capables de répondre aux besoins de base des ménages tels que l’approvisionnement en eau et l’assainissement ;
  • Les capacités limitées de dépistage de la peste, qui restreignent la capacité des médecins à fournir un diagnostic en laboratoire et rendent difficile le suivi précis de la progression de la maladie.  

Eradiquer les rats et les puces, fournir des lits

L’UNICEF lance un appel à l’aide pour soutenir les communautés touchées par la peste par le biais d’une campagne d’éradication des rats et des puces et la construction de maisons plus résistantes aux rongeurs et aux insectes dangereux, y compris la fourniture de lits pour les enfants fabriqués à partir de matériaux disponibles localement. 

« Nous voulons donner aux parents les moyens, dans la mesure du possible, de fournir des lits aux enfants et d’empêcher les jeunes de devoir dormir sur le sol où ils sont plus exposés à la peste par les piqûres de puces », a déclaré Mme Scott Moncrieff.

« Dans le même temps, nous voulons faire en sorte que les chefs de famille et les agriculteurs de subsistance puissent vivre dans un environnement sûr en disposant des ressources nécessaires pour conserver leur nourriture et leur bétail en toute sécurité dans des bâtiments distincts de ceux où ils vivent et dorment », a ajouté la responsable de la cellule d’analyse des sciences sociales.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info. 

Source : African Media Agency (AMA)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!