CULTURELIFE STYLE

[Note d’Écoute] Magic System contre l’immigration illégale dans leur nouveau clip « Voyager »

Extrait du 12ème album de 12 titres du boysband ivoirien sorti le 21 juin 2021, le titre « Voyager » en feat avec le rappeur burkinabè Smarty est un concentré de mélodies d’un des ambassadeurs de la musique 225. Près de 22 ans après leur entrée en matière, Magic System semble s’être bonifié avec le temps. Pas d’extravagance, pas de tortures langagières qui écument l’environnement ultra-compétitif, coincé par les exigences d’un game sans colonne vertébrale. La chanson est une véritable exhortation et une bouffée musicale qui porte une signature au délà de leur domaine de prédilection : le Zouglou.

 

La « théâtralisation » du Zouglou en ligne de mire

Dès les 30 premières secondes, je suis littéralement plongé dans une ambiance extravertie, le mix ici à l’écoute est similaire à ceux de Bébi Philippe, beatmaker et artiste ivoirien ou encore David Guetta le Dj français. Par la suite il y’a un changement qui s’opère par un léger tambour qui donne une corde locale ou si vous le voulez, africaine. Un alliage dans les arrangements qui vous procure un confort d’écoute impécable signé Gaou Productions. Le groupe souhaite en effet insuffler quelque chose de nouveau par ce projet. Rythmique populaire au début des années 1990 en Côte d’Ivoire, le Zouglou est tout d’abord un état d’esprit qui met en lumière les difficultés sociales: en cela le thème de l’immigration choisie dans ce titre n’est pas anodin pour le groupe. Voyager à tout prix mais pas à tous les prix, voilà le message que Magic System veut transmettre.

Si les pionniers de ce rythme l’ont préféré en accoustique ou en live comme Yodé & Siro, Espoir 2000, Soum Bill, ou encore Les Garagistes, les Magic System ont quant à eux une formule à la fois exclusive et atemporelle : le croisement musical pour de nouvelles expériences. Ils n’hésitent pas à prendre des risques à l’image de ce titre où ils invitent le nouveau talent burkinabè SMARTY, qui en donne l’air Rap à cette chanson. Le rythme est très entraînant, les paroles sont assez simples et la mélodie travaillée. Cela me rappelle certains de leurs projets tels « Un Gaou à Paris » sorti en 2001, « Solidarité », extraits de leur second album « Poisson d’Avril » produit par SONO Next Music. Les voix d’Asalfo, Manadja, Tino et Goudé, n’ont pas perdu de leurs écrins vocaux lorsqu’ils posent tous en choeur.

L’expérience et la simplicité, les armes fatales de Magic System?

Vous ecouteriez les albums « Cessa ki est la vérité »(2005) ou « Africainement vôtre » (2014) que vous aurez l’impression de ne point écouter les mêmes mélanges polyphoniques. Si le Zouglou et le Coupé-décalé sont leurs registres favoris, c’est parce qu’il y’a derrière une stratégie solide pour se faire vendre. Alors Magic System ne s’enferme pas, et par conséquence leur art demeure ouvert à de nouvelles expériences. D’ailleurs, la qualité de leurs collaborations externes et internes le démontre à suffisance, avec l’internationalisation de leur philosophie musicale. 113, Youssoupha, Chawki, Fally Ipupa, Révolution, Leslie, sont autant de noms que l’on pourrait mettre en calebasse pour se faire une idée de leurs castings, qui ma foi demeurent soignés, sinon mesurés.

Le sens du détail 

Dans le vidéogramme, on conte l’histoire d’un jeune homme qui se bat pour de meilleures conditions de vie, et n’hésite pas à embrasser des métiers mineurs pour réaliser son rêve : celui de voyager pour l’Europe. Une thèse défendue par Magic System qui se refuse à toute immigration illégale et conseille l’abnégation, la persévérance. « Ça va aller » dit Asalfo dans cette chanson. Une image qui rappelle Magic System dans les années 1998 à 1999 être refoulé par les boîtes de production sur leur projet « Premier Gaou ».  L’album sera alors entièrement financé par Ephrem Youkpo, un journaliste/animateur radio et télé (initiateur de La nuit du zouglou en 1998 en France et depuis patron du label x-pol music) qui lui croyait fortement à la réussite du projet que lui avait présenté Tony Adams. À la suite du refus des majors et autres maisons de disques de distribuer le titre, Ephrem Youkpo cédera, dès sa sortie en , la distribution de l »album 1er Gaou à la structure Sonima à l’époque. Il s’agit d’une leçon de vie: Ne jamais abandonner ses rêves.

L’un des points forts du titre « Voyager » avec le crooner Smarty, est cette incroyable énergie qui se dégage à la 2’49 mns où j’ai l’impression qu’il fait appel à 3 rythmes: Le makossa(Cameroun), le ndombolo (RDC), le Zouglou (CIV) noyés dans une guitare basse qui ajoute de la volupté musicale à cette proposition. « Qui n’a pas envie de voyager » dit Asalfo au début, lyrique profonde, doté d’un charme à nul autre pareil, j’ai du l’écouter une bonne dizaine fois pour m’en délecter d’avantage. Magic System vous invite à « Voyager »!

La Rédaction vous conseille également :

Lire aussi: [Note D’Écoute] « DAWN »: LOR, la jeune dynamite à l’ambition féroce!

 

Lire aussi: [CONCERT LIVE] Pour sa première, INDIRA BABOKE incarne Myriam et file vers sa Terre Promise!

 

Lire aussi: [NOTE D’ÉCOUTE] Sandrine Nnanga réanime la légende Petit-Pays dans son nouveau single « Blessed »!

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!