CORONAVIRUSSOCIETE

Scandale : Gouvernement « covidé »

La gestion de l’enveloppe de 180 milliards de FCFA affectée à la lutte contre la pandémie de Covid-19 est entachée de soupçons de malversations. En donnant son feu vert pour l’ouverture d’une enquête judiciaire, le président de la République doit aller au bout de sa logique en congédiant les membres du gouvernement concernés.

 

Pour l’heure, rien ne les met en cause. Au moment où sont écrites ces lignes, ni la Chambre des comptes de la Cour suprême ni le Contrôle supérieur de l’Etat n’ont encore bouclé leur rapport. Et contrairement à une rumeur qui se répand depuis quelques jours, les ministres concernés par la gestion des 180 milliards de FCFA affectés à la lutte contre la pandémie de Covid-19 ne font l’objet d’aucune procédure judiciaire pour l’instant.

D’après le décret signé le 22 juillet par le Premier ministre, cette dotation a été répartie entre 24 administrations publiques, à raison de 131948400000 FCFA dédiés aux dépenses de fonctionnement et 48051600 000 FCFA à l’investissement.

Tout porte à croire que la gestion de ces fonds a conduit à des malversations. La preuve : une correspondance du ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République (SG/PR), Ferdinand Ngoh Ngoh, datée du 29 mars 2021, prescrit à la ministre déléguée à la présidence en charge du Contrôle supérieur de l’État l’accélération de l’audit de la gestion des fonds mis à la disposition des différentes administrations publiques, dans le cadre de la riposte contre la pandémie du Covid-19 au Cameroun.

Dans un premier temps, le SG/PR laisse croire que le rapport de cet audit « faciliterait la conclusion avec le Fonds monétaire international (FMI) d’un nouveau programme économique et financier». Mais dans une autre correspondance datée du 6 avril, Ferdinand Ngo Ngoh qui dit répercuter une instruction du président de la République demande au ministre de la Justice d’ouvrir une «enquête judiciaire contre les auteurs, coauteurs et complices des cas de malversations financières ». Ce qui laisse croire que la gestion des fonds Covid est sujette à forts soupçons de malversations.

S’il a donné son feu vert pour l’ouverture d’une enquête judiciaire, c’est dire que Paul Biya est convaincu qu’il existe des indices concordants et suffisamment graves incriminant beaucoup de membres du gouvernement. Faute pour ces derniers de prendre les devants en rendant leur tablier, le président de la République doit prendre ses responsabilités en les congédiant, histoire de leur permettre de se mettre sereinement à la disposition de la justice. « Si le président de la République dispose d’éléments mettant en cause les membres du gouvernement dans la gestion de l’argent du Covid, cela s’assimile à une perte de confiance.

Même si pour le moment ces derniers sont réputés innocents, il devrait normalement tirer les conséquences de cette situation en formant un nouveau gouvernement. Sauf que, connaissant Paul Biya, il n’agira pas sous la pression de l’opinion. Et c’est bien dommage », soutient un observateur.

Source : Repères n°963
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!