POLITIQUESOCIETE

[Route Babadjou-Bamenda] Bientôt une reprise des travaux au-delà des contingences identifiées

Le Ministre des travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi a présidé ce mardi 18 mai 2021 une rencontre avec la presse camerounaise, afin d’expliquer les difficultés liées à la construction de cette section routière. L’axe au menu des pourparlers, qui affiche un taux d’avancement de 38%(Février 2021) fait parti du corridor Yaoundé-Bamenda.

État des lieux

La Route Babadjou-Bamenda dont les travaux ont été initiés en 2017, connait un sérieux régime au ralenti du en parti à l’insécurité. Sur un projet évalué à 113 milliards de FCFA financé par la Banque Mondiale, l’entreprise adjudicataire SOGEA SATOM a fait marche arrière deux fois, du aux attaques des séparatistes anglophones. La première a eu lieu le 22 Août 2018, où l’entreprise a dénombré une partie de son matériel incendié. La seconde plus actuelle, date du 14 janvier 2021, le poste de contrôle de Matazem (6 personnes tuées dont 4 éléments des forces de l’ordre) au travers de laquelle elle a cessé toute activité sur son lot assigné Babadjou-Matazem.

 

Relatif à cette actualité, Emmanuel Nganou Djoumessi a précisé : « Le Directeur SOGEA-SATOM est venu m’informer de ce que son siège lui interdit désormais de se mobiliser sur ce tronçon du fait de l’insécurité. De plus, il m’a adressé une correspondance réclamant un cas de force majeure. Si je viens à le prononcer, je paierai un certain nombre d’indemnités, et actuellement l’entreprise réclame la somme de 4 milliards 800 millions à l’État, que nous avons pris le soin d’examiner avec notre partenaire financier qu’est la Banque Mondiale. Et toutes les réclamations ne sont pas encore examinées dans leur entièreté. »

L’équation du financement et défauts techniques

En marge de l’insécurité, les fonds alloués en bonne partie ne sont pas encore décaissés du fait des erreurs techniques d’une entreprise travaillant sur la section urbaine de Bamenda. Le MINTP ajoute que le choix des entreprises locales au nombre de 4 se fera sur 3 facteurs principaux, puisqu’elles sont identifiées mais pas encore sélectionnées : D’abord une question de compétences, Ensuite l’ancrage sociologique des entreprises, et enfin des perspectives afin d’eriger et d’accompagner nos champions nationaux en la matière.

« L’une des entreprises qui avait la responsabilité d’opérer les travaux de la section urbaine de Bamenda, est sorti de son cahier de charges pourtant concis et fourni par le MINTP. Elle est littéralement sortie du couloir des travaux prévu sur 20 mètres et l’a agrandi de 30 mètres. Le partenaire financier ayant suspendu les discussions, le Ministère des travaux publics qui est le Maître d’Ouvrage a du apporter des clarifications à la suite d’une plainte d’un cabinet d’avocats de Bamenda au sujet de la démolition de 9 habitations. À l’heure actuelle les négociations se poursuivent avec la Banque Mondiale qui veut des garanties au niveau de l’arrêt des casses et le changement de SOGEA SATOM notamment » renchérit Emmanuel Nganou Djoumessi. Nonobstant les contingences sus citées, les travaux pourront reprendre d’ici la fin du mois de Juin-Début Juillet 2021.

 

Réorganisation des travaux et projets sociaux

 

La voie Babadjou-Bamenda a été réorganisée en 4 sections pour faire un gain d’énergie et aller plus vite : la section 1 Babadjou-Matazem dont SOGEA-SATOM a finalement acceptée de reprendre (17kms), Matazem-Welcome to Bamenda(18kms), la section 3 qui concerne la voie de contournement de la falaise de Bamenda (4,930kms), et enfin École des champions-Vetinary Junction(11,990kms).

En ajout des travaux connexes vont être effectués tels 50kms de voies secondaires pour désengorger les bassins agricoles, l’aménagement de forages, poste de péage, station de pesage ou encore des aires de repos. À ce sujet, le Ministre des travaux publics a dit avoir reçu des correspondances de plusieurs autorités traditionnelles dont le Chef de la Communauté AKUM(Nord-Ouest), pour la sécurisation dès la ré-entame des travaux. De plus, des entretiens multiples se sont tenus avec des chefs des exécutifs municipaux, pour l’identification exacte des points où seront installés les divers projets locaux. Car, de ces installations socio-économiques, ce sont les populations qui en font la demande express en fonction du type de section routière concernée.

Lire aussi: Autoroute Yaoundé-Douala : Le gouvernement met la pression sur l’entreprise chinoise

Lire aussi: [Travaux Publics] Autoroute Yaoundé-Douala(Phase 1): Exploitation annoncée pour Novembre 2021

Lire aussi: Reconstruction de la route Babadjou-Bamenda: Une nouvelle entreprise dans les starting-blocks

Lire aussi: [Suivi des Infrastructures routières] Le MINTP en visite d’évaluation dans la Région du Sud

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!