POLITIQUESOCIETE

[OPINION] Carlos Simplice Fokem : « Une bonne stratégie de communication est capable de renverser toutes les crises que nous vivons au Cameroun »

Carlos Simplice Fokem : Une bonne stratégie de communication est capable de renverser toutes les crises que nous vivons au Cameroun

 

Par Bertrand Nzogang

Carlos Simplice Fokem, Expert en Communication Stratégique et sur les questions de développement local, est un camerounais aux prouesses communicationnelles internationalement reconues. Comme un philosophe, il observe et s’étonne de ce qui étonne personne. Relativement aux travaux de construction sur l’axe routier qui relie la région de l’Ouest à celle du Centre, Carlos Simplice Fokem exerce son esprit critique sur la faible communication actuelle autour des réalisations – fussent-elles minimes – faites par l’État en matière de développement infrastructurel au Cameroun. Pour ce Camerounais, le Ministère de la communication et les chargés de Communication des autres ministères peuvent, à partir de « vrais projets et stratégies de communication », changer la perception des Camerounais qui semblent avoir perdu tout espoir de développement. La question qui taraude son esprit est la suivante :
<<Pour le développement durable de notre continent, les ministères de communication de nos Pays ne devraient-ils pas être porteuses de vrais projets et stratégies de communication capables dans leur operationnalité d’induire des changements sociaux?>>

Lire aussi: [Conseil National de la Communication] 9 médias, journalistes et une entreprise de télédistribution sanctionnés

À cette interrogation qui soulève tacitement la question de l’effet des stratégies de communication ministérielles sur le changement sociétal, le patron de la cellule de communication de la Mairie de Dschang pense librement qu’en lieu et place de ce qui se fait actuellement dans les ministères, on peut penser :

<<Au regard de ce qui se passe dans mon Pays, jai comme impression qu’en dehors de faire des sorties pour donner la position du Gouvernement relativement à une crise gestante, menacer les médias et leurs journalistes qui n’auraient pas exécuté la chanson de l’Etat, ou alors vectoriser l’opposition politique, le Ministère de la Communication ne peut encore que repartir les sommes et montants dûs à l’aide à la presse privée et gérer sa quote-part prévue par les fonds Covid. Je sais que les différents CELCOM de ministères savent aussi répondre aux internautes qui disent que rien ne marche au bord. Ils oublient aussi qu’en montrant vraiment ce qu’ils font, et comment ils le font,ça peut déconstruire les idées arrêtées>>.

Pour ce Camerounais, un surplus de « quinine communicative » peut renverser une crise. Par exemple, sur la route qui relie Dschangà Yaoundé, en passant par Bafoussam, Bafia, Simplice Fokem pense que « ça roule et circule plutôt bien ». Sur son compte Facebook, il fait le temoignage suivant dont la pertinence excuse la longueur:

<<Développer des stratégies de persuasion est le travail à faire. Aussi, une bonne stratégie de communication est capable de renverser toutes les crises que nous vivons actuellement au Cameroun. Ça peut-être difficile mais aucun mal social ne peut résister à cette quinine communicative. Il n’y a pas une semaine que me rendant au chevet d’une camarade internée à Bafoussam, nous avons cru devoir emprunter la nouvelle route qui part de Bamougoum jusqu’au carrefour TPO sur la route de Kouekong et de Foumban. J’avoue que là aussi, en dehors du problème de signalisation verticale que nous avons observé, c’est un chef d’oeuvre de l’Etat du Cameroun réalisé dans le cadre des chantiers de la CAN. On va me dire que la CRTV en a parlé mais en communication, l’on ne prévoit et n’emploie un média dans un plan de travail que lorsqu’il est régulièrement exposé à la cible visée. Ne pas comprendre aujourd’hui que toutes les analyses d’audiences donnent plusieurs médias qui devancent le média public est un problème. Autant au niveau local, les communes doivent porter des stratégies de communication capables de conduire aux changements sociaux voulus, autant, au niveau national, la communication publique devrait être centralisée et coordonnée. Actuellement, les camerounais ont perdu tout espoir de développement de leur Pays, pourtant d’impressionnantes choses se font. Soit, la communication est mal faite, et donc peu pertinente, soit elle est absente. Mais je pense qu’elle n’est pas absente. En attendant, je vous informe que ça roule cool entre Bafoussam et Yaoundé. Faites passer le message>>.

Au termes de ce témoignage, on peut comprendre qu’au Cameroun et en Afrique, l’urgence de sortir des *politiques de communication* pour des stractegies de communication* s’impose, à l’effet d’améliorer considérablement la *communication du développement et le développement de la communication*.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!