ECONOMIE

Développement Une plateforme d’e-commerce pour la Campost

Kavaa Global Services, cabinet d’origine marocaine, mais basée en France, vient de décrocher le marché relatif à la réalisation d’une étude de faisabilité sur le déploiement d’une plateforme électronique (e-commerce) pour la Cameroon Postal Services (Campost).

Selon la publication qui attribue ce marché à Kavaa, cette prestation coûtera un montant de 194,27 millions de FCFA. Les travaux démarreront dès l’entrée en vigueur prochaine du contrat entre les parties sur une période de quatre mois. L’adjudicataire s’est classé premier devant le groupement tunisien Aca Expertis/BNS Engineering, la filiale camerounaise de Pricewaterhousecoopers, le Tunisien CCM Consulting Group Worldwide/Jasmine Interactive et le Camerounais Megasoft/Qualisys C o n s u l t i n g / S N T Partners/Iccsoft SA

Le déploiement futur de l’e-commerce à la Campost entre en droite ligne avec les recommandations du rapport 2020 de la Commission technique de réhabilitation des entreprises (CTR) en difficulté. En effet, dans ledit rapport, l’opérateur postal est invité à tendre vers « la modernisation des services numériques et la diversification des produits [qui] devraient entraîner une nette amélioration de l’exploitation de la Campost »

Le Cameroun est considéré comme l’un des pays africains où le commerce électronique a du potentiel. Ceci grâce à la progression fulgurante du taux de pénétration de l’Internet dans le pays ces dernières années (de 2% à plus de 20% au cours des 10 dernières années). Pour preuve, apprend-on, 23% des Camerounais utilisent l’Internet, pendant que trois quarts de la population d’Afrique n’ont pas encore accès à cetoutil. Malgré ce potentiel, le géant du e-commerce Jumia a réduit la voilure dans le pays en 2019 en évoquant l’immaturité du marché camerounais en matière de e-commerce.

L’opérateur postal public ne se porte pas bien. En effet, selon les données de la CTR, la Campost demeure structurellement déficitaire et doit faire face à difficultés financières qui ne lui permettent pas de couvrir ses charges d’exploitation. Le niveau élevé d’endettement de cette entreprise ne lui permet pas de lever des financements auprès des institutions financières en vue de l’accroissement de son investissement. Au 31 décembre 2018, le niveau de capitaux propres de l’entreprise postale est de – 87,807 milliards avec un stock global de la dette estimé à 155,728 milliards de FCFA, sous réserve des clarifications attendues aux termes des travaux d’assainissement du bilan et des états financiers de la Campost

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!