SOCIETE

Célébration de la Journée Mondiale de la liberté de la presse à Dschang : « Dschang Press Club » pour un journalisme local efficace

La diversité médiatique dans la ville de Dschang n’est pas une illusion et la journée mondiale de la liberté de la presse n’est pas passée inaperçue dans cette ville universitaire. Sous l’initiative des journalistes et communicateurs réunis au sein de l’association Dschang Press Club,

une rencontre de travail a été organisée dans la salle Manu Dibango de l’Alliance Franco-Camerounaise, sous le concept de « Dschang à la télé ». L’objectif de ladite rencontre était de faire comprendre aux autres hommes de médias et le public que la pratique de ce noble métier selon ses règles éthiques, juridiques et déontologiques est à repenser au niveau local. Pour planter le décor, les organisateurs ont tenu à projeter les quatre meilleur magazine TV sur la ville de Dschang. Le premier portait sur la vie des déplacés internes de la crise au NOSO, le deuxième sur l’autonomisation des femmes vivants avec un handicap, le troisième sur l’unité de production du quinquina de Dschang et le dernier magazine portait sur l’histoire de l’ aérodrome/aéroport de Dschang. Pour le Pr Alain Cyr Pangop, Universitaire et Praticien du Journalisme, << la dimension mémorielle, didactique des magazines projetés donnent une connaissance de la localité beaucoup plus intéressante que les Talk Show et faits divers d’habitude>>.

Après ces projections, s’en sont suivis les échanges entre les spécialistes et les jeunes qui se cherchent dans le cosmos journalistique. Les explications du Professeur Titulaire des Universités Alain Cyr Pangop, Indrich Assongho, journaliste et président de Dschang Press Club, ainsi que les acteurs du développement local presents, tels que Carlos Simplice Fokem et Christian Momo de la commune de Dschang, ont permis non seulement de re-questionner les contenus de la presse locale, mais aussi de comprendre la nécessité d’une contextualisation des contenus, à l’effet de mieux servir le public, d’accroître son auditoire et booster le rendement financier. Seulement, pour être plus professionnel, il faut perpétuellement renforcer ses capacités pour éviter la déformation de la pratique du journalisme dans la ville de Dschang, notamment << le mélange de genre>>. D’où l’urgence d’une formation pour les uns et re-formation pour les autres. L’association des journalistes, membres de Dschang Press Club, entend s’investir dans cette perspective, avec le soutien intelligent et technique des spécialistes du traitement de l’information, dans un avenir proche.

Cette Célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse sous le thème << L’information, comme bien public>> est révélatrice d’un fait : le journaliste a une responsabilité envers le public qui est au dessus des intérêts politiques. Bon courage aux journalistes Camerounais.

Par Bertrand NZOGANG

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!