SOCIETE

[Sécurité alimentaire] Source du Pays dément toute contrefaçon de ses produits

Alors que le Cameroun fait face à une vague de produits contrefaits découverts, l’entreprise dément par voie de communiqué de presse le 19 Avril 2021.

Le scandale de l’effacement et du rallongement des dates de péremption des produits alimentaires manufacturés, révèle un fléau de plus en plus répandu au Cameroun et rend compte de la faiblesse de la surveillance du marché.

 

Elle a le vent en poupe ces dernières années, traduisant ainsi une faiblesse de la surveillance du marché, voire d’un laisser-aller manifeste de la part des instances chargées de la combattre, notamment le ministère du Commerce, l’Agence des normes et de la qualité (Anor), etc. Même dans le très névralgique secteur de la santé, le faux médicament circule au nez et à la barbe des autorités, et à un rythme qui frise la complicité. En mars 2018, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) a signalé la présence dans le pays d’une version contrefaite d’un antibiotique connu sous le nom « Augmentin ».

Le secteur des vins et spiritueux est celui dans lequel les contrefacteurs sévissent le plus depuis le début d’année. En janvier 2018, le bureau spécial de recherches et des enquêtes criminelles de la Gendarmerie nationale a mis la main sur un gang spécialisé dans la fabrication de whiskies frelatés à Bafoussam. A Yaoundé, Douala, et dans la plupart des grandes villes camerounaises, le phénomène a atteint des proportions inquiétantes. Même le régime de la vignette sur les vins, les spiritueux et les cigarettes, entré en vigueur en janvier 2012, n’a pas réussi à mettre fin ou tout le moins, à endiguer la contrefaçon.

Lire aussi: [Contrefaçon] Un entrepôt de boissons frelatées découvert à Sangmélima

En 2015, le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), avait fait état de pertes de 4 milliards Fcfa enregistrées par l’industrie du tabac du fait de la contrefaçon. Le principal mouvement patronal du pays révélait par ailleurs que 25% des cigarettes commercialisées au Cameroun proviennent des réseaux de contrefaçon et de contrebande.

Lire aussi : Opérations coup de poing : ‘’ Comment le Mincommerce lutte contre la fraude, la contrebande et la contrefaçon’’

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!