SOCIETE

[Région de l’Ouest] Une enseignante violée et tuée à Foumbot

Le corps sans vie de Dame Awa Pouombe a été retrouvé dans la soirée du mercredi 24 Mars 2021 sous les buissons aux alentours de la sous-préfecture de Foumbot.

Le crime comporte son propre châtiment, c’est sans doute ce qui console cette famille qui a perdu à la fleur de l’âge une mère, une fille, une sœur et une épouse. A 31 ans et mère de 03 enfants, cette dame pieuse enseignante d’arabe a été froidement assassinée et dissimuler sous les herbes dans les alentours de la sous-préfecture du Noun. La .capitale économique de Foum-ban vient de faire étalage de son plus grand vice, la criminalité.

Awa Pouombe est morte, victime d’une agression dans sa plantation, alors qu’elle est allée pour repiquer les plans de mais qui n’ont pas germer. Il est 14heures ce mercredi 24 Mars quand elle quitte sa résidence de Foumbot, après une conversation avec sa mère et le tété du bébé, à destination de son champ dans les environs de la sous-préfecture de Foumbot. Sans nouvelles d’elle autour de 17 heures, sa mère va s’inquiéter et c’est autour de 18 heures qu’une recherche est organisée pour la retrouver.

D’abord dans la plantation, et ses alentours, sans suites. C’est en regardant de plus près dans les buissons et ombrages dans une broussaille non loin de son » champ, son corps sans vie sera retrouvé, dissimuler sous les herbes.

 

Une enquête de police a immédiatement été ouverte. Les services de la police et de la gendarmerie nationale ont ete mobilisés dans la recherche des assassins, précisent le sous-préfet de Foumbot sur les lieux. Il n’était pas possible de savoir dans l’immédiat s’il s’agit d’un crime crapuleux ou d’un règlement de compte. Mais l’état de nudité partielle du corps a laissé penser à un viol avant suivi d’un étranglement. Les résultats de l’enquête nous en diront plus.

 

Lire aussi: Insécurité urbaine à Yaoundé: Une fillette de 6 ans sodomisée et tuée!

La victime était enseignante d’arabe, l’une de ces perles rares. Rare parce que l’enseignement de l’arabe n’est pas commun dans tous les établissements d’enseignement secondaires, mais aussi parce que venant d’une zone d’éducation prioritaire, le Noun. Ce meurtre est un crime contre le corps éducatif, contre ces enfants qui vont finir l’année sans enseignant. Voltaire disait, « Et qui pardonne au crime en devient complice ».

Lire aussi: [Éducation] Les Gouvernement américain lance un module de formation sur les droits humains et la faune

Source: La Gazette du Noun

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!