SOCIETE

[OPINION]:POUR SAISIR CE QUI SE JOUE AU TCHAD

Pour bien comprendre ce qui est en mouvement, en ce moment, sur le sol tchadien, je vous propose quelques postulats qu’il me semble nécessaire de prendre en compte et d’intégrer, dans la perspective de l’articulation d’une analyse géopolitique en contexte postcolonial.

1-Par delà la réputation glorieuse de son armée, le Tchad est encore le maillon faible de tous les pays du bassin du Lac Tchad.

Non pas pour son économie, pourtant florissante durant la décennie 2000 – 2010; mais très précisément, du fait de son instabilité sociopolitique qui dure depuis 50 ans.

Depuis Tombalbaye en effet, et malgré les efforts de pacification [par la force et la terreur] initiés par Deby, la république du Tchad n’a jamais été un pays tranquille. Pour dire le moins.

En plus de son champ sociopolitique éminemment travaillé par l’imaginaire de la guerre et de la revanche militaire, il y a la sous-éducation de sa population et de son personnel politique, ainsi que le défaut de culture politique de son armée, formée pour tuer, et reduite à être aux ordres d’un 《Homme fort》, qui ont beaucoup contribué à faire du Tchad, un colosse aux pieds d’argile et le plus perméable des sols, aux puissances tutélaires et autres forces occidentales de prédation, dans cette partie du monde.

2- L’enjeu de la crise actuelle n’est pas la succession au président Deby !

C’est plutôt le contrôle du Golf de Guinée et de ses richesses.

Le long règne de Deby, avec la problématique successorale qu’il a naturellement engendrée n’en sont, au demeurant, que les « prétextes objectifs » qui ont permis à la France d’organiser la liquidation d’un allié qui devenait un peu trop bavard au goût de Paris, et dont le pays était le mieux à même de garantir une présence certaine et stratégique dans une sous-région Afrique centrale, où l’hexgone laisse des plumes et perd des parts de marché importantes au profit d’autres puissances qui y émergent, depuis bientôt dix ans.

Tenté par l’aventure du Golf de Guinée, l’ogre russe vient de prendre pied à Bangui, et d’en faire sa base arrière, dans la perspective des batailles à venir, contre la puissance française que la Russie est en passe de défaire en RCA, et la super puissance américaine qui veille sur le golf de Guinée comme on veille sur la prunelle de ses yeux.

Dans un tel contexte, alors que le Niger vient d’élire un nouveau président de la république et de montrer la force de ses institutions, et la maturité de son peuple, le puissant Nigeria étant infranchissable, le Cameroun plus résilient que jamais et menant sur bien de terrains une certaine résistance constante, devant les vélleités tutélaires de la France, il ne restait plus que le terreau Tchadien, avec ses failles ontologiques, pour assurer à Paris, l’illusion d’une survivance, et l’impression de demeurer une puissance qui compte, dans le bassin du Lac Tchad et plus globalement, dans le golf de Guinée.

La vérité est que la France n’est plus tout à fait le coeur de l’Afrique centrale ni du bassin du lac Tchad, comme l’Europe n’est plus le centre du monde.

3- Il faut s’attendre à voir les puissances Occidentales de prédation se livrer à une 《guerre froide》dans cette partie du monde, à partir du Tchad, par la médiation des différentes factions en conflit.

Les sons discordants des missives diplomatiques envoyées dès hier, par Paris et Washington, à Ndjamema, annoncent dores et déja les couleurs. Just wait and see.

4- Il faut s’attendre à voir les querelles franco-américaines sur le partage du butin Libyen, se poursuivre sur le théâtre du voisin Tchadien.

5- Il faut sérieusement redouter que la 《nouvelle guerre du Tchad》 en cours, ait des metastases qui s’étendent jusque dans les pays qui lui sont limitrophes.

MON PRONOSTIC

Au plus fort de la guerre en cours en Syrie, nombre d’experts y voyaient pas moins que le début de la troisième guerre mondiale.

J’ai la tentation forte de croire que si la troisième guerre mondiale doit avoir lieu un jour, il est fort probable qu’elle ait plutôt lieu dans le Golf de Guinée, objet de toutes les tentations et convoitises du système international de prédation.

Elle aurait donc lieu, plus proche de nous que cela n’y parait!

Prenons garde! Les prédateurs sont là.

Luc Perry Wandji

Journaliste – chercheur, libre penseur

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!