CULTURELIFE STYLE

[Musique] Magasco en parrain de la mafia dans son nouveau projet « Give »

9 mois après le titre « Nyang Nyang » en feat avec Lady Ponce, le goldenboy signe son come-back avec un nouveau single « Give ». Dévoilé le 9 avril 2021, la chanson est une véritable odyssée entre le mythique traditionnel et les vibes américaines. 

 

Il fait partie de cette génération créative dans le cadre des musiques actuelles. Depuis la sortie en 2019 de son album « Heart » doté de pas moins de 30 titres, le bamenda boy ne s’arrête pas en si bon chemin. Cette fois ci avec « Give », dans un esprit très US comme il a su le faire sur le projet « Monica » il y’a 3 ans.

Fantasme du look gangster?

Le clip nouveau démarre par une vue d’une Lamborghini de couleur orange probablement sur une autoroute américaine. Une même image déjà visible chez certaines stars américaines à l’instar d’AKON, LIL WAYNE ou encore Switz Beat. 5 danseuses complètent le crochet près d’un immeuble qui semble abandonné avec le « parrain » bien en vue. Avec un costume de couleur et un raid de corps noir, additionnés à une chaîne. Niveau style, la plupart des caïds sans loi savaient faire preuve de goût lorsqu’il s’agissait d’enfiler le costume. Un fantasme vestimentaire pérennisé par Hollywood et ses innombrables films de genre tels que Le Parrain, Miller’s Crossing et bien sûr Les Incorruptibles, centré sur la traque d’Al Capone par Eliot Ness.

Lorsque je fais allusion à un parrain de la mafia, c’est que les bleu de scènes le laissent transparaître tout comme le texte qui est à la fois semble léger et surfe sur les mondanités. (En pidgin english), seul point rose un beat sacrément bien relevé, dont vous trouverez l’envie d’écouter dans un casque à volume haut ou modeste. Le parrain a une fonction dirigeante : il chapeaute le Capocrimine, qui lui-même dirige ses Sottocapo, qui lui dirige le Caporegime ou Capodeccina, qui dirige le soldat (Soldato) dans le langage latin ou si vous le voulez romain. « Give » parle d’argent, de pouvoirs, de matériel et d’influences. Si l’on doit « give le money » c’est que hypothétiquement on doit le posséder, surtout dans une société de plus en plus capitaliste.

Lorsque les looks modernes et traditionnels épousent le sexy

Dans ce clip, on remarque les 6 danseuses portent à l’entrée des pantalons noirs en cuir avec des mini chemisiers relevés, qui seront différentes de leurs tenues tradi-modernes assorties d’un short et d’une chemisette vogue manches en pagne. Que souhaitais faire passer Magasco comme message? L’Africanité possède aussi son envers du décor, sinon glamour et sexuel en sensualité.

Depuis les années 1980, les clips vidéo sont de véritables œuvres artistiques. Flirtant avec le court-métrage, ces productions vidéos nécéssitent des budgets conséquents qui rivalisent parfois même avec ceux du cinéma surtout aux États-Unis, décors pharaoniques et costumes griffés compris. Tout le monde se souvient notamment de Thriller de Michael Jackson, de son incroyable chorégraphie et de sa fameuse veste en cuir rouge dessinée pour l’occasion par la célèbre costumière, Deborah Nadoolman Landis.

Si scénariser ses chansons est désormais devenu indispensable, la plupart des clips s’apparentent également à de véritables défilés haute couture. En effet, certains artistes en profitent pour partager leur goût pour la mode et ses nombreux trésors. Malheureusement, au sein de la fiche technique de « Give », les noms des créateurs n’apparaissent pas sur le vestimentaire.

Lire aussi: [CLASSEMENT] Voici le Top 15 des chansons camerounaises les mieux écrites en 2020!

Mais parfois, les motivations ne relèvent pas forcément de la volonté de se démarquer ou de créer un vrai style signature. Ainsi en 2014, Björn Ulvaeus, le chanteur et guitariste du groupe Abba dont les costumes extravagants sont entrés dans la légende a en réalité révélé que ces tenues farfelues, servaient à obtenir des rabbatements fiscaux. Adah Akendji qui signe la vidéo, a travaillé sur l’aspect très hot des années 1970 disco et 1990, en apportant une touche « urbaine » via les poses de vues de gratte ciel américains. Magasco ou le rêve américain? L’on en saura pas plus.

Lire aussi : Magasco et Lady Ponce rendent hommage à la légende NKODO SITONY dans « Nyang Nyang »

 

 

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!