SOCIETE

[OPINION] Le problème des femmes

Chaque 8 mars, les femmes réclament leur autonomie aux hommes. On est ainsi plongé dans un conflit permanent entre le mâle et la femelle. Simone De Beauvoir a compris le fond du problème depuis 1949 avec son Essai sur le Deuxième sexe, lorsqu’elle affirmait à juste titre : << L’humanité est mâle et l’homme définit la femme non en soi mais relativement à lui>>.

C’est pour cette raison que « la femme n’est pas considérée comme un être autonome ». Elle est considérée comme un être subalterne. Il y a donc tout un fossé abyssal, une cassure entre l’homme et la femme. L’infériorisation de celle-ci est un fait; c’est un « gros problème » qu’il faut résoudre.
D’aucuns diront que c’est d’abord parce que Dieu avait commencé par créer l’homme avant de créer la femme. Dieu était-il injustice?

En tout cas, Simone de Beauvoir pense que la cause de cette infériorisation de la femme n’est pas à chercher dans un ordre naturel ou même métaphysique. Il faut exclure tout déterminisme chez l’humain, car <<on ne n’est pas femme : on le devient>>. Cette formule existentialiste devenue culte montre que le destin de la femme n’est pas tout tracé. Conséquemment, les femmes sont autant responsables que les hommes. Beauvoir accuse les hommes de sexisme, de lâcheté, voire de cruauté, et elle dénonce chez les femmes la passivité, la soumission aveugle, le manque d’ambition…

Même si l’émancipation féminine dépend de la volonté solidaire de l’homme et de la femme, il reste tout de même que cette cassure ne se résoudrait que si la femme y mettait véritablement du sien.
En fait, la solution ne réside pas dans le bavardage, et  » le soulèvement des kaba », mais dans le travail. La femme doit travailler à s’autonomiser. Beauvoir fait bien de dire : << C’est par le travail que la femme a en grande partie franchi la distance qui la séparait du mâle ; c’est le travail qui peut seul lui garantir une liberté concrète.>>

La femme doit se transformer, à l’effet de reconquérir l’estime de homme. Cette transformation personnelle exige une « vraie connaissance de soi ». Fuyez la haine, la jalousie et cultivez l’amour et la tolérance comme d’habitude dans ce contexte de globalisation. Il faut tenter, braver, persévérer pour affronter ce qui apparait comme une puissante injustice masculine, non plus seulement les 8 mars, mais tous les jours.

Courage aux femmes

Par Bertrand Nzogang Nguemeu

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!