SOCIETE

Entrepreneuriat agricole : Des initiatives à valoriser

Un plan d’action devant conduire à l’homologation des parcours de formation des incubateurs du PEA-Jeune arrêté au terme d’un voyage d’études organisé du 4 au 6 mars dernier.

A28 ans, Aimée Lucie Anegue Anegue est à la tête de sa propre affaire: un élevage de porcs. Une activité qu’elle a mise sur pied après une formation à l’Institut agricole d’Obala (IAO) à l’initiative du Programme de promotion de l’entrepreneuriat agropastoral des jeunes (PEAJeunes qui lui a accordé un financement d’1,5 million de F. Au bout de six mois, elle compte revendre chacun de ses neuf porcs à 200 000 F en moyenne et agrandir son entreprise. En effet, mis sur pied dans le but de donner aux jeunes les moyens d’accroître leurs revenus à travers des entreprises rentables, le programme a choisi comme modèle d’accompagnement l’approche dite « par incubation ». Laquelle consiste à sélectionner des jeunes porteurs de projets et à leur octroyer des compétences nécessaires pour la mise sur pied de leur projet au sein d’un centre de formation durant trois mois, avant de leur accorder un fonds de démarrage. « Au bout de six ans, nous comptons 3500 jeunes incubés dont 2500 financés et 15 incubateurs accompagnés » a relevé Alfred Bela Tomo, coordonnateur du PEA-jeunes. Mais d’après Louis Ndjie, directeur général de l’IAO, malgré les bons résultats obtenus, des difficultés telles le manque de financement pour la formation et le manque de débouchés pour les incubés persistent.

C’est à l’effet d’évaluer le cadre d’incubation des entreprises et d’esquisser des pistes d’amélioration dans l’encadrement des porteurs de projets que le PEAJeune a organisé du 4 au 6 mars dernier, un voyage d’études dans deux de ses centres d’incubation partenaires. Jeudi dernier, l’initiative a démarré par l’Institut agricole d’Obala (IAO) avant de se déployer à la pépinière nationale-pilote d’entreprises d’Edéa vendredi.

Au terme des assises, il a été recommandé entre autres de faire signer une convention entre les ministères en charge de l’Agriculture et des Petites et moyennes entreprises, en vue de formaliser leur cadre de collaboration pour l’agrément d’incubateurs d’entreprises agropastorales. Le PEAj eunes doit par ailleurs travailler à l’homologation des parcours de formation du personnel clé des structures d’incubation et à l’élaboration d’un référentiel d’incubation d’entreprises agropastorales qui sera utilisé dans les centres de formation.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!