SOCIETE

Agrément des manuels scolaires : la session 2021 entachée de soupçons d’irrégularités et de favoritisme

Un syndicat a saisi la Commission nationale anti-corruption pour faire la lumière sur ces accusations réfutées par le Conseil national.

Un autre pavé dans la ’ mare t décidément boueuse de l’agrément des manuels scolaires. Dans une correspondance datée du 22 février 2021, le secrétaire exécutif national du Syndicat national de l’enseignement primaire et maternel (Snepma), Paul Bayike, a saisi la Commission nationale anti-corruption (Conac) pour dénoncer « la gestion abusive et chaotique » de la session 2021 du Conseil national d’agrément des manuels scolaires et des matériels didactiques (Cnamsmd).

Ce dernier alors sollicite l’ouverture « d’une enquête au sein du Conseil national d’agrément des manuels scolaires afin que les responsabilités des acteurs de cette machination soient établies », si d’aventure les accusations s’avèrent fondées à l’issue des investigations de la Conac.

Un éditeur soutient aussi la thèse du favoritisme. Sous anonymat, il révèle que pour cette édition, 26 éditeurs ont soumissionné pour 28 titres, mais à l’arrivée deux éditeurs, dont un présent dans le secteur depuis seulement un an, ont obtenu 20 titres. Parmi les irrégularités relevées au cours de cette session, Paul Bayike pointe la convocation des enseignants de base ayant évalué les manuels essentiels « sans aucune expérience ni formation préalable ».

Toute chose qui, d’après lui, jette le doute sur la qualité du travail rendu et viole le décret du Premier ministre du 23 novembre 2017. Ce texte habilite le président à « inviter certaines personnes en raison de leurs compétences à participer aux travaux avec voix consultative » en dehors des membres statutaires.

Pire, s’insurge le secrétaire exécutif, le bureau du Conseil a introduit une nouvelle rubrique de notation des manuels nommée note administrative, « alors que le plus important pour un manuel scolaire reste les bons contenus scientifiques et les aspects physiques ».

« Cette note est attribuée à chaque manuel scolaire évalué unilatéralement par le président, la vice-présidente et le secrétaire permanent et validée sans consulter la plénière. Cette note dite administrative est attribuée de manière très discriminatoire, comme si elle permettait d’dvantager certains et d’éliminer d’autres », soutient la dénonciation.

Ce qui n’est pas l’avis de ce membre du Cnamsmd : « La note administrative est fondée sur la manière ou la capacité de l’éditeur à gérer les ouvrages à sa charge. Elle permet de s’assurer qu’il dispose d’entrepôts dont le défaut constitue la principale cause des pénuries et des retards dans la livraison des manuels scolaires observés l’année dernière ». Et contrairement aux allégations du syndicaliste, la même source précise que l’anonymat était de mise lors de l’évaluation, afin justement de préserver l’objectivité. Pour mieux évacuer les accusations, le membre du Cnamsmd fait observer qu’elles sont portées par un seul syndicat sur les 8 actifs.

 

Source : Repères n°942
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!