SOCIETE

[Mois de la Femme] À la Découverte de Valérie Napang, la voix ocre

 

Découverte

à la radio sawtu linjiila, la reine des stations radio privé du cameroun pour découvrir  Valérie Napang, une valeur de la technique

Heureuse d’être régisseuse à Radio à sawtu linjiila 95.7fm

Valérie Napang est professionnelle jusqu’à la moelle , a l’oreille de radio à Sawtu linjiila , à la regie de la radio, un métier généralement exercé par des hommes dans l’adamaoua qui compte 11 radios :  » VANI « est la seule régisseuse et la première femme à occuper cette fonction depuis la création de cette chaîne il y’a 57 ans

Dans une radio, il faut une personne qui travaille la journée et une autre la nuit, pour une mise en ondes des productions et programmes du jour. On ne coupe pas le signal parce qu’il se fait tard et donc, un régisseur ne doit pas tenir compte du temps qu’il fait. Il reste en poste, et VALÉRIE NAPANG le sait.

Mais, pour une femme, passer la nuit à son travail, et non pas chez elle, cela reste incompris dans une société aussi conservatrice que la nôtre. « Avant, je ne travaillais que pendant la journée. On tenait compte du fait que je suis une femme. Et pourtant, je ne suis pas différente de ceux qui passent la nuit ici. C’est pourquoi j’avais décidé de travailler comme eux », confie VN surnommé ainsi par les auditeurs

Le travail, ce n’est pas une question de genre

Avant de devenir régisseuse, après les études académiques , VALÉRIE NAPANG a fait des études en communication option informatique. Puis, elle a suivi plusieurs formations en rapport avec la technique et la radio. Dès son jeune âge, à l’en croire, elle eu pour idoles ses frères. La technique, c’est ce qui l’intéresse et c’est donc une affaire de passion de jeunesse.

Chaque fois que VN se butte à une limite, elle préfère s’améliorer en suivant une formation, plutôt qu’abandonner. « La réalisation des journaux ou des émissions en direct c’est ce qui me stresse. Je commets des erreurs, mais je les corrige toujours », explique la jeune femme.

Fière dans la peau de technicienne

« Je suis si heureuse d’être régisseuse », assume VS . Et donc, lorsqu’elle croise des critiques de ceux qui ne conçoivent pas qu’une femme s’occupe d’un tel travail, elle est « choquée », explique-t-elle. « Une femme à la technique ? Elle le fait bien ? », se souvient-elle avoir plusieurs fois entendu des gens s’interroger.

Prôner l’égalité des sexes, en effet, c’est bien, mais la vivre c’est mieux. Cela s’explique aussi par le fait d’arrêter ce genre de barrière dans les jugements explique son employeur l’administrateur directeur de la radio sawtu linjiila DAVID BEN ADJIA

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Un ADLOCK de publicité à été détecté sur votre navigateur veuillez le désactiver pour pouvoir mieux bénéficier et soutenir notre projet merci d'avance
error: Alert: Tu copie ce contenu que c'est pour toi? !!